Mulhouse

Automobile

PSA : 400 millions d'euros à Mulhouse pour l'usine du futur

Par Lucie Dupin, le 05 mai 2017

Le constructeur automobile PSA modernise ses sites de production pour passer la vitesse supérieure et disposer d'usines plus connectées. À Mulhouse, 400 millions ont été investis pour transformer le site. Celui-ci produit les nouvelles DS 7 et doit monter en cadence d'ici juin.

Le moteur essence PureTech est actuellement produit dans les usines françaises de Douvrin et Trémery, ainsi qu'en Chine, Xiang Yang.
Le moteur essence PureTech est actuellement produit dans les usines françaises de Douvrin et Trémery, ainsi qu'en Chine, Xiang Yang. — Photo : PSA

Des robots par plusieurs centaines pour assister le ferrage, là où prennent vie les caisses de voitures, des lumières led pour éclairer la ligne de montage, de la peinture claire au sol, un approvisionnement de la ligne en pièces à portée de main des opérateurs, des chariots autonomes... Voilà à quoi ressemble la transformation de l'usine PSA de Mulhouse (5 700 personnes), dont la mise en service a commencé depuis mi-mars. C'est un plan de modernisation qui a nécessité trois ans de réaménagement durant lesquels les lignes ont continué de tourner. Engagé en 2014 sur le site du groupe PSA de Mulhouse, l'investissement chiffré à 400 millions d'euros visait à livrer la première « usine du futur » du groupe en France. En visite sur le site alsacien, Yann Vincent, directeur industriel du groupe PSA, a découvert l'usine transformée. « C'est spectaculaire et conforme à l'objectif de faire d'une usine française historique dans la région l'une des plus performantes. Notre conviction ? Nous sommes capables de faire de l'industrie performante en France. L'outil doit nous permettre de produire des véhicules de qualité avec une performance économique satisfaisante. En Europe, le coût du travail est certes plus cher, alors comment réduire ce différentiel salarial ? En transformant nos usines et en réalisant des économies d'énergie ».

Préparer la production premium

Et si le site mulhousien est le premier à avoir bénéficié de cette transformation, c'est « pour répondre au calendrier du lancement des nouveaux modèles », estime la direction. Ainsi, pour Corinne Spilios, directrice du site de Mulhouse, « la modernisation était indispensable pour le renouveau de nos modèles et le lancement de la production de la DS 7. L'atelier est conforme aux enjeux de qualité. On nous demande de produire du premium, nous disposons désormais des moyens pour le faire ». Le site de Mulhouse compte actuellement deux lignes de montage d'où sortent les modèles Citroën C4, DS 4 et Peugeot 2008, le « best-seller » du site. À cela s'ajoute la production de la nouvelle DS. Une montée en cadence est planifiée dès début juin pour sortir 20 DS 7 par semaine. Et cela dans le but de préparer les accords de commercialisation qui seront passés dès octobre pour de premières ventes dans les concessions en janvier prochain.

Objectif : 60 véhicules par heure

Depuis mi-mars, « l'usine du futur » est déjà en marche puisque la ligne 1 est lancée dans sa nouvelle configuration. Celle-ci a été en effet repensée pour être capable de traiter six silhouettes différentes de véhicules et de produire 60 véhicules à l'heure dans son rythme de croisière, soit 400.000 véhicules par an. Actuellement, 54 véhicules par heure sortent de cette ligne, principalement des 2008 et quelques DS 7. La deuxième ligne produit quant à elle des modèles C4, DS 4 et 2008. Celle-ci aura vocation à être arrêtée mi-2018 afin d'accompagner la fin de vie des C4 et des DS 4. À terme, l'ensemble de la production des 2008 mais aussi celle des DS 7 et des futurs modèles de 508 en version berline et break sortiront de l'unique ligne 1 qui deviendra monoflux et capable de sortir six modèles. La marge est donc là pour accueillir les futurs nouveaux véhicules PSA. Un pari à la hauteur des ambitions du groupe, qui estime qu'à l'horizon 2021 28 nouveaux produits auront été lancés en Europe.

Pôle de compétence

Selon Corinne Spilios, « cette transformation et cette montée en cadence s'accompagnent d'une évolution des métiers qui nécessite désormais des formations sur les exigences de la qualité premium. Il faut souligner le travail d'accompagnement de l'alliance syndicale à ce sujet ». Le site de Mulhouse, qui devient pôle de compétence pour le groupe sur le premium, emploie actuellement 5 700 personnes en CDI et 750 intérimaires. Avec la montée en cadence de la ligne 1, Corinne Spilios projette la création de 200 CDI d'ici quatre à cinq mois pour des intérimaires et des prestataires.

Le moteur essence PureTech est actuellement produit dans les usines françaises de Douvrin et Trémery, ainsi qu'en Chine, Xiang Yang.
Le moteur essence PureTech est actuellement produit dans les usines françaises de Douvrin et Trémery, ainsi qu'en Chine, Xiang Yang. — Photo : PSA