Strasbourg

Biotech

La biotech Lamina Therapeutics veut soigner les lésions du cartilage

Par Charlotte Stiévenard, le 17 décembre 2020

Lamina Therapeutics, créée en septembre 2020, a levé 2,2 millions d’euros. La start-up, basée à Illkirch-Graffenstaden (67) est spécialisée dans la nanomédecine régénérative pour le traitement des lésions du cartilage provoquées notamment par l’arthrose. Elle est accompagnée par la société de transfert de technologie Satt Conectus.

La professeure Nadia Benkirane-Jessel est la co-fondatrice de Lamina Therapeutics.
La professeure Nadia Benkirane-Jessel est la co-fondatrice de Lamina Therapeutics. — Photo : ©DR

Une nouvelle biotech, née à Illkirch-Graffenstaden en septembre 2020, a levé 2,2 millions d’euros. Lamina Therapeutics est un spin-off du laboratoire de nanomédecine régénérative, unité mixte de recherche de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l’Université de Strasbourg. La cofondatrice et directrice du laboratoire Nadia Benkirane-Jessel, est spécialisée dans la nanomédecine régénérative pour le traitement des lésions du cartilage du genou provoquées par l’arthrose.

Cette levée de fonds permettra à Lamina Therapeutics de financer une étude clinique de phase 1 pour son premier produit, Lamina.one. Il est destiné au traitement des défauts du cartilage du genou dans le cadre de l’arthrose avancée : « il s’agit d’un implant thérapeutique de nouvelle génération, composé d’un pansement formé d’une membrane et d’une molécule thérapeutique qui va régénérer l’os. Il est allié à un hydrogel à base notamment de cellules souches dérivées de la moelle osseuse du patient », explique la professeure. Cette étude prévue sur une soixantaine de patients recrutés à Strasbourg, Nancy, Madrid et Bruxelles devrait être lancée en juin 2021 pour un an.

Accompagnée par la Satt Conectus

Lamina Therapeutics est accompagné par la société de transfert de technologie Satt Conectus en Alsace, désormais entrée à son capital, aux côtés du fonds luxembourgeois Coyote Finance SA, de Nadia Benkirane-Jessel, d’Ineke Rijnhout, PDG de Lamina Therapeutics et de l’accélérateur néerlandais de start-up NLC, actionnaire principal. La société ne communique pas la répartition exacte du capital.

La Satt Conectus, qui suit le projet depuis ses débuts, avait déjà investi 450 000 euros en 2014 dans les recherches de la professeure Nadia Benkirane-Jessel qui travaille sur le sujet depuis 2011. Aujourd’hui, son laboratoire développe également un second implant destiné à l’arthrose débutante. Il bénéficie du soutien de la Région Grand Est et du Fonds européen de développement régional (FEDER) à hauteur de 500 000 euros, ainsi que de l’Agence nationale de la recherche (ANR) à hauteur de 600 000 euros.

En 2021, Lamina Therapeutics comptera huit collaborateurs. La société a également le soutien de Bpifrance qui vient de lui octroyer une aide de 90 000 euros du programme « Deeptech » destiné aux start-up issues de la recherche.

La professeure Nadia Benkirane-Jessel est la co-fondatrice de Lamina Therapeutics.
La professeure Nadia Benkirane-Jessel est la co-fondatrice de Lamina Therapeutics. — Photo : ©DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail