Bas-Rhin

Services

Éléphant Bleu : "Nous assurons une fonction de préservation des ressources en eau"

Par Lucie Dupin, le 12 avril 2021

Le logo est bien connu des conducteurs. L’Éléphant Bleu orne un large réseau de stations de lavage sur les routes françaises et suisses et est même connu à l’international. Malgré une chute d’activité liée aux confinements, le groupe alsacien Hypromat, dont la marque Éléphant Bleu est l’emblème, poursuit son maillage et ses innovations.

Yves Brouchet, directeur général du groupe Hypromat, lance de nouveaux produits et services dans les stations Éléphant Bleu en France et en Suisse.
Yves Brouchet, directeur général du groupe Hypromat, lance de nouveaux produits et services dans les stations Éléphant Bleu en France et en Suisse. — Photo : Franck Foucha

Éléphant Bleu est la marque phare du groupe Hypromat. Comment le réseau de stations de lavage pour les véhicules des particuliers et les petits utilitaires se développe-t-il ?

Yves Brouchet : Né en Suisse dans les années 1960, le siège du groupe Hypromat (140 salariés ; CA 2020 : 32 millions d’euros ; 80 à 85 millions d’euros de CA pour le réseau franchisé) est implanté à Hœrdt (Bas-Rhin) depuis 2001. En France, le groupe compte 50 stations de lavage Éléphant Bleu en propre et 400 en franchise. En Suisse, la marque est implantée uniquement en propre à travers 70 stations. Nous sommes également présents en Espagne, au Maroc et au Portugal avec des licences de marque. Cependant, à moyen terme, nous souhaitons nous concentrer sur le développement des marchés suisse et français. En 2021, nous prévoyons l’ouverture de trois stations en propre et 15 stations en franchise dans l’Hexagone. Le choix du développement se fait au niveau local en fonction de la dynamique des franchisés. Le développement en propre pour le groupe a une limite financière. En effet, selon sa taille, l’ouverture d’un site nécessite un investissement de 400 000 euros à 1,2 million d’euros.

Le lavage des véhicules a été considéré comme un service essentiel autorisé à fonctionner pendant les confinements. De quelle manière l’activité s’est-elle comportée durant ces périodes et comment abordez-vous l’année 2021 ?

Yves Brouchet : Même si nous avons fait partie des services essentiels, les forces de police ont pu mener çà et là des actions de fermeture en raison de la méconnaissance de notre rôle. Durant le premier confinement, l’activité a chuté de 98 %. Sur l’année 2020, nous avons accusé une perte de chiffre d‘affaires de – 15 % en passant de 38 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019 pour le groupe à 32 millions d’euros l’année dernière. Nous avons cependant sécurisé la trésorerie en faisant appel à un PGE et au chômage partiel et le groupe est resté à l’équilibre. Notre perspective de chiffre d’affaires cette année est de +15 %.

Quelles nouveautés le groupe Hypromat s’apprête-t-il à lancer ?

Yves Brouchet : Les pouvoirs publics et le grand public ont une méconnaissance de la fonction du lavage des véhicules comme prévention de la pollution. Nettoyer un véhicule à l’eau extrait des particules polluantes. De plus, réaliser le lavage en station dédiée, c’est s’assurer que ces particules seront évacuées dans un circuit de retraitement des eaux puisque toutes nos stations sont équipées de stations d’épuration. Laver son véhicule à la maison consomme deux à trois fois plus d’eau et les polluants issus du lavage partent dans les nappes phréatiques. La profession de lavage automobile peut souffrir d’un "voiture bashing". Or, en traitant les polluants, nous assurons une fonction de préservation des ressources en eau. Par ailleurs, depuis les années 1990, nos produits détergents ne contiennent plus de perturbateurs endocriniens et nous lançons cette année un savon biodégradable breveté. Enfin, nous travaillons à la numérisation de nos stations. D’ici l’été, elles seront toutes équipées d’une solution de paiement sur smartphone dont la technologie est développée en interne (le groupe ne communique pas le montant de l’investissement consenti pour ces deux dernières innovations, NDLR).

Yves Brouchet, directeur général du groupe Hypromat, lance de nouveaux produits et services dans les stations Éléphant Bleu en France et en Suisse.
Yves Brouchet, directeur général du groupe Hypromat, lance de nouveaux produits et services dans les stations Éléphant Bleu en France et en Suisse. — Photo : Franck Foucha

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail