Strasbourg

Numérique

Digora se pose en superviseur des données des entreprises

Par Adelise Foucault, le 12 juillet 2018

Progressant à un rythme soutenu, l'entreprise de services numériques Digora, à Strasbourg, pourrait dans un avenir proche basculer du statut de PME à celui d'ETI.

Digora mise sur une montée en puissance de son activité de « services managés », notamment autour du cloud. Elle représente actuellement 12,5 M€ de chiffre d’affaires. — Photo : Adelise Foucault

Devenir une ETI à courte échéance, c'est l'objectif de l'entreprise de services numériques Digora, à Strasbourg (130 salariés ; CA 2017 : 32,80 M€). Elle a d'ailleurs été sélectionnée en mars 2017 par Bpifrance dans le cadre de son programme « Accélérateur PME », qui aide les entreprises à fort potentiel à changer d'échelle. Pour y parvenir, l’entreprise mise sur son offre de supervision des bases de données pour le compte de ses clients en France comme à l’international.

Au bilan 2017, sa croissance est exponentielle : + 56 %. « Cette hausse est en grande partie liée à une grosse vente réalisée sur notre activité de négoce, qui n’est pas notre cœur de métier, pondère Gilles Knoery, directeur général de Digora. Néanmoins, notre activité de services – qui porte la progression de notre Ebitda - supérieur à 75 000 € en 2017 - connaît effectivement une forte croissance ». Une vingtaine d’embauches est prévue cette année pour accompagner le développement de ses activités.

43 nouveaux clients en 2017

Expert des bases de données, Digora a dû, ces dernières années, faire évoluer ses services et outils afin de mieux coller aux évolutions numériques et nouvelles attentes des entreprises. « Nos clients privés et publics - à l’instar des établissements hospitaliers - externalisent de plus en plus la gestion de leur infrastructure informatique. Certains acteurs qui disposaient de logiciels développés en interne s’orientent aujourd’hui vers des progiciels du marché. Pour faire fonctionner ces derniers, ils font appel à nous », témoigne Gilles Knoery. Digora a entré 43 nouveaux clients en 2017, dont Engie Cofely, « avec une progression significative dans le domaine de la santé », pointe le dirigeant.

L’entreprise mise cette année sur une montée en puissance de son activité de « services managés », notamment autour du cloud. Celle-ci, qui va de l’assistance technique à l’administration complète du système d’information, représente actuellement 12,5 M€ de chiffre d’affaires.

13 % du chiffre d’affaires à l’international

« La numérisation de l’économie fait exploser le nombre de logiciels et applications utilisées par les sociétés, ce qui nécessite aujourd’hui une supervision 24h/24h, une organisation qui devient trop lourde à gérer en interne. Cela nous ouvre d’importantes perspectives de marché », commente le directeur général. « 98 % de nos clients fonctionnent encore de façon traditionnelle mais cela va changer dans les prochaines années », estime Gilles Knoery. Digora développe ainsi une offre de « cloud broker », visant à aider à bien dimensionner les besoins des entreprises et identifier les offres qui leur correspondent.

L’arrivée il y a un an d’un nouvel actionnaire au capital, ERBC (filiale du groupe luxembourgeois Post exploitant des datacenters hautement sécurisés) permet à Digora d’étoffer ses services en la matière. Elle lui offre également une nouvelle passerelle vers l’international. L’entreprise dispose déjà d’une entité au Maroc. Elle réalise actuellement près de 13 % de son chiffre d’affaires à l’export, principalement en Afrique francophone. Un ratio amené à évoluer ces prochaines années.

Digora mise sur une montée en puissance de son activité de « services managés », notamment autour du cloud. Elle représente actuellement 12,5 M€ de chiffre d’affaires. — Photo : Adelise Foucault

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture