Alsace

Conseil de gestion

Gestion

Dans une passe difficile, le CGA Alsace accélère sur son offre de formation

Par Dorian Mao, le 22 novembre 2023

Le Centre de Gestion agréé Alsace (CGA) entame sa mutation. Lors de sa dernière assemblée générale, le président de l’association, Joseph Zorgniotti, a révélé que mille adhérents n’avaient pas renouvelé leur cotisation en 2023, la faute à la disparition d’un avantage fiscal. Pour continuer sa mission d’aide aux entreprises, le CGA propose de nouveaux services comme le développement de son offre de formation.

Benoit Brissinger (à gauche), adhérent au CGA, et Jean-Luc Mohr (à droite), secrétaire du CGA, sont tous les deux confiants par la direction prise par l’association après l’assemblée générale du 13 novembre.
Benoit Brissinger (à gauche), adhérent au CGA, et Jean-Luc Mohr (à droite), secrétaire du CGA, sont tous les deux confiants par la direction prise par l’association après l’assemblée générale du 13 novembre. — Photo : Dorian Mao

Joseph Zorgniotti, président du Centre de gestion agréé Alsace (CGA) depuis 2020, n’y est pas allé par quatre chemins lors de l’assemblée générale du 13 novembre. "C’est une période difficile. On doit tout mettre en œuvre pour que le CGA continue d’aider les entreprises". L’association qui collabore étroitement avec les experts-comptables pour aider à la gestion et la prévention des difficultés financières des entreprises, traverse une période délicate. Près d’un millier d’entreprises adhérentes, sur les 7 000 que comptait l’association en 2022, n’ont pas renouvelé leur adhésion en 2023. La raison principale de cette vague de départ est "la disparition, au 1er janvier 2023, de l’avantage fiscal de non-majoration de 25 % des résultats d’exploitations déclarés par les adhérents. Cet avantage avait déjà été rabaissé à 10 % en 2022", explique Jean-Luc Mohr, expert-comptable et secrétaire élu du CGA.

Pour faire face à cette situation critique, le CGA, qui emploie 15 salariés, a commencé sa métamorphose. "Il faut que l’habitude d’être membre chez nous se transforme en une volonté de rester. Nous ne pouvons plus être passifs. Il nous faut proposer des formations avec plus de services, pour attirer des entreprises sur une autre base que les avantages fiscaux", martèle le président.

La certification Qualiopi obtenue cette année

Le renforcement de l’offre de formation est un des piliers de la stratégie mise en place par le CGA pour séduire et attirer de nouveaux membres, principalement des TPE et PME. "Nous avons décidé d’élargir notre offre de formations gratuites à destination de nos adhérents et de proposer des formations payantes plus poussées. Le public visé est autant des membres de l’association que des chefs d’entreprise non-adhérents. Il faut comprendre que dans la situation actuelle, le CGA a besoin de s’adresser à des gens qui sont davantage des clients que de simples adhérents. C’est un changement total de paradigme", explique Jean-Luc Mohr.

Pour mener à bien sa mutation, le CGA a obtenu la labelisation Qualiopi cette année. "Un label nécessaire pour garantir des formations de qualité, assurées par des formateurs de qualité", poursuit Jean-Luc Mohr. Pour 2024, le CGA Alsace proposera 15 sessions de formation gratuites à ses adhérents autour des thèmes de la fiscalité, le juridique, le management, l’informatique, l’environnement et le bien-être au travail. Dans le même temps, 61 formations payantes autour de ces mêmes domaines seront proposées. "Si nous n’étions pas optimistes, nous n’aurions pas développé ces nouvelles prestations", conclut le secrétaire du CGA.

Un virage qui séduit les membres actuels

Le président Joseph Zorgniotti a été réélu à l’unanimité pour trois ans à l’issue de cette assemblée générale. "Je suis confiant sur la direction prise par le CGA. Il fallait un changement de modèle, une autre raison que l’aspect financier pour que l’association continue de fonctionner. Ceux qui n’étaient là que pour ça ne reviendront plus, c’est clair", affirme Benoît Brissinger, gérant d’une PME dans la construction paysagère.

Pour lui, ce changement de cap du CGA est une aubaine : "Cela va vraiment permettre aux adhérents d’avancer et de progresser. La formation est un excellent moyen de repérer ce qui ne va pas au sein d’une société. Cela permet de trouver des clés pour les chefs d’entreprise mais aussi pour les salariés. Maintenant, il faut que les adhérents s’investissent dans ces formations, c’est du donnant-donnant".

Retrouver les 7 000 adhérents dès la fin d’année prochaine

En axant sur sa politique de formation, le bureau du CGA espère atteindre à nouveau la barre des 7 000 adhérents dès la fin de l’année prochaine. Pour cela, et malgré des résultats d’exploitation prévisionnels dans le rouge pour cette année et l’an prochain, les cotisations des adhérents n’ont pas évolué. Le président du centre de gestion est clair : "L’avenir du CGA n’est pas de manger la réserve, il n’est pas question de rester déficitaire, même à moyen terme. Nous avons pris les choses en main pour assurer la mutation. Il faut maintenant que nous dessinions ensemble ce nouveau tableau du CGA Alsace".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition