Toulon

Informatique

Égérie veut devenir le leader européen de l'analyse du risque cyber

Par Hélène Lascols, le 07 septembre 2020

Après une levée de fonds de 4 millions d’euros et un premier semestre 2020 prometteur, l’entreprise toulonnaise Égérie, fondée par deux pionniers de l’analyse des risques cyber, Jean Larroumets et Pierre Oger, a l'ambition de devenir leader européen de son secteur.

Jean Larroumets, dirigeant et cofondateur de l'entreprise toulonnaise ÉGÉRIE.
Jean Larroumets, dirigeant et cofondateur de l'entreprise toulonnaise ÉGÉRIE. — Photo : Égérie Software

« Le confinement ne nous a pas réellement profité en termes de retombées directes. En revanche, il a placé le risque cyber sur le devant de la scène : en pleine émergence, il est devenu plus prégnant, plus perceptible », révèle Jean Larroumets, l’un des deux associés fondateurs de la société toulonnaise Égérie (32 collaborateurs, chiffre d’affaires non communiqué).

Pierre Oger et Jean Larroumets, les cofondateurs d'ÉGÉRIE
Pierre Oger et Jean Larroumets, les cofondateurs d'ÉGÉRIE - Photo : Égérie Software

Et cela tombe bien puisque, sur ce marché en pleine explosion, l’entreprise fondée en 2016 pour porter le développement d’une plateforme logicielle d’analyse des risques, dispose d’une longueur d’avance dans l’Hexagone et vise désormais la place de leader européen. « Avec mon associé Pierre Oger, nous travaillons depuis 20 ans dans la cybersécurité et avons industrialisé le process de conseil grâce à notre logiciel. C’est un outil d’aide à la décision pour les grandes entreprises et PME, en les aidant à prioriser leur politique de sécurité informatique », développe Jean Larroumets.

4 millions d’euros levés

Dès juin 2019, Égérie a été la première entreprise labellisée Ebios Risk Manager par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi). « Après plusieurs beaux contrats remportés, nous avions besoin de cette reconnaissance de confiance », explique l’entrepreneur. Ce label leur ouvre les portes de la petite centaine d’opérateurs d’importance vitale, auxquels le gouvernement impose un niveau de sécurité minimale et une identification préalable des risques.

Autre étape importante : en novembre 2019, la PME toulonnaise, qui travaille déjà aux côtés de banques, entreprises du Cac 40, grands groupes européens, ministères (notamment celui des Armées), collectivités ou hôpitaux, a levé 4 millions d’euros auprès d’Ace Management, leader européen du capital investissement dans la cybersécurité. Avec ce financement, les deux associés entendent ainsi consolider leur avance, renforcer leurs parts de marché et asseoir leur position de leader en France. « Depuis début 2020, nous nous sommes structurés en interne. Nous avons recruté neuf personnes au premier semestre, dont un directeur des opérations (Pierre Calais, NDLR) et une directrice marketing et communication (Caroline Drobinski, NDLR) et neuf autres personnes nous rejoindront au second semestre. Notre effectif est passé de 19 à 28 personnes. Deux tiers de ces postes, qui évoluent en R & D et administration des ventes, sont basés à Toulon. L’autre tiers est basé à Paris et gère le commercial et le marketing », détaille Jean Larroumets.

Devenir leader européen

Ce premier tour de table a également une visée européenne. L’entreprise a créé un bureau à Londres en début d’année, « la capitale anglaise restant un hub économique d’importance vers l’Europe du Nord et offrant aussi un lien direct vers les États-Unis. » Égérie travaille déjà avec une trentaine de partenaires en Suisse, Belgique et Luxembourg. Demain, la société espère en convaincre en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie, en Espagne. « Nous voulons devenir leader européen d’ici à deux ans », confie le dirigeant toulonnais. Si l’international représente aujourd’hui 20 % du chiffre d’affaires de l’entreprise, l’objectif à cinq ans est de porter ce chiffre à 40 %. « Dans un deuxième temps, nous envisagerons de partir à la conquête des États-Unis, mais un tel projet se prépare et nécessite des financements importants : nous passerons certainement par des partenariats commerciaux et technologiques, mais la stratégie est encore en cours de définition », précise Jean Larroumets.

Porté par ces ambitions, le dirigeant assure que l’entreprise a connu 51 % de croissance au premier semestre 2020, sans toutefois dévoiler son chiffre d’affaires, qui repose sur des souscriptions annuelles. « Nous avons signé 15 nouveaux grands comptes et nous accompagnons aujourd’hui une centaine de clients. Notre stratégie partenariale s’appuie sur 150 consultants certifiés à nos solutions et un réseau de partenaires, parmi lesquels de grands noms de l’informatique, comme Atos ou Advens », poursuit l’entrepreneur toulonnais.

« Nous avons signé 15 nouveaux grands comptes et nous accompagnons aujourd’hui une centaine de clients. »

Demain, alors que Jean Larroumets est convaincu que la prochaine grande crise sera liée au risque cyber, Égérie a de beaux jours devant elle car « ce sont les structures les mieux préparées, dotées des infrastructures nécessaires et d’un personnel « entraîné » qui seront alors les plus résilientes. » Pour accompagner cette croissance prometteuse, Égérie compte déjà 32 salariés. « Nous serons 37 avant la fin de l’année, 50 en 2021 puis entre 60 et 80 dans deux ans », promet Jean Larroumets.

Jean Larroumets, dirigeant et cofondateur de l'entreprise toulonnaise ÉGÉRIE.
Jean Larroumets, dirigeant et cofondateur de l'entreprise toulonnaise ÉGÉRIE. — Photo : Égérie Software

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail