Gers

Agriculture

La coopérative agricole Gersycoop investit dans un silo destiné au bio

Par Philippe Kallenbrunn, le 10 novembre 2022

La société coopérative agricole gersoise Gersycoop vient de mobiliser 7 millions d’euros dans un équipement de stockage des céréales bio de ses adhérents. Elle projette aussi, début 2024, d’agrandir l’usine de sa filiale Gasco, par laquelle elle diversifie ses activités.

Haut de 42 mètres, le nouveau silo de Gersycoop, implanté à Fleurance, peut stocker l’équivalent de 10 200 tonnes de blé. Il est l’un des plus grands équipements du genre dans le Sud-Ouest.
Haut de 42 mètres, le nouveau silo de Gersycoop, implanté à Fleurance, peut stocker l’équivalent de 10 200 tonnes de blé. Il est l’un des plus grands équipements du genre dans le Sud-Ouest. — Photo : DR

La coopérative gersoise Gersycoop (130 collaborateurs, CA : 73,50 M€), basée à Mirande, vient d’investir 7 millions d’euros dans un silo destiné au bio. Haute de 42 mètres, la structure, implantée à Fleurance, peut stocker l’équivalent de 10 200 tonnes de blé. C’est l’un des plus grands équipements du genre dans le Sud-Ouest. Commencée en janvier 2021, la construction de ce silo, qui a mobilisé une vingtaine de prestataires, s’est achevée en mars 2022, au profit des 180 agriculteurs bio adhérents de la coopérative (1 000 adhérents en conventionnel). Cet investissement est le plus important réalisé par Gersycoop, coopérative née en 2008, spécialisée dans les grandes cultures et qui couvre environ 80 % du département. Il faut dire que les céréales produites en culture biologique demandent un traitement particulier : une attention est accordée aux développements des insectes, les vitesses de manutention sont réduites et les cellules de stockage à l’intérieur du silo sont plus petites (16 cellules de 400 tonnes, 16 de 200 tonnes, 6 de 100 tonnes), notamment pour répondre aux besoins nés de la démultiplication des variétés de céréales produites sur le territoire.

9 000 tonnes de collecte bio

Depuis 2015, le boom de la conversion au bio de ses adhérents a incité Gersycoop à mieux les accompagner : la coopérative emploie ainsi deux agronomes spécialistes des solutions alternatives et des pratiques biologiques. Elle détient aussi à Berdoues un silo adapté d’une capacité de 5 000 tonnes et propose quatre sites collecteurs bio. “Il y a encore une dizaine d’années, le sujet du bio était marginal pour la coopérative, rembobine Damien Leca, le directeur général de Gersycoop. Nous gardions le lien technique avec nos adhérents mais le stockage et la commercialisation étaient délégués à une autre coopérative. Les volumes en bio devenant de plus en plus importants (9 000 tonnes de collecte bio en 2021-2022), il nous a semblé nécessaire de pouvoir reprendre entièrement la main sur la commercialisation des céréales, ce que nous faisons depuis trois ans, et de posséder un outil de stockage le plus performant possible, dont nous utilisons déjà pleinement les capacités.” Rassurant pour l’entreprise alors que, selon Damien Leca, un fort ralentissement du mouvement de conversion au bio se fait ressentir dans le département. “On ignore encore s’il s’agit d’une tendance circonstancielle liée au contexte très particulier que nous traversons, ou d’une tendance structurelle, dit-il. Certains producteurs bio s’interrogent même sur le fait de repasser au conventionnel. Les prix des céréales en conventionnel atteignent des niveaux jamais connus. Par exemple, le prix du maïs a presque doublé.”

2 millions d’euros pour étendre l’usine Gasco

Parallèlement à son activité de coopérative agricole, Gersycoop exerce deux autres métiers par le biais de sa filiale Gasco. Elle possède en effet, d’une part, trois jardineries à Auch, Fleurance et Mirande sous l’enseigne Gasco Nature et, d’autre part, elle fabrique des aliments à destination de la basse-cour et de l’oiseau de jardin pour le grand public sous la marque Gasco Graines d’excellence. Après avoir étendu une première fois son usine Gasco en 2014 et doublé son outil de production trois ans plus tard, Gersycoop projette de l’agrandir à nouveau, moyennant un investissement de 2 millions d’euros, à horizon fin 2023 début 2024.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition