Occitanie

Numérique

Ekitia veut faire émerger les nouveaux modèles de l'économie de la donnée

Par Paul Falzon, le 22 mars 2021

Créée en 2019, l’association Occitanie Data amorce sa transformation en groupement d’intérêt public, rebaptisé Ekitia. Objectif : définir un cadre de confiance, éthique et souverain, autour de la data et de l’IA. Un label pourrait voir le jour d’ici la fin 2021.

L’équipe de l’association Occitanie Data dans ses locaux de la Cité, à Toulouse.
L’équipe de l’association Occitanie Data dans ses locaux de la Cité, à Toulouse. — Photo : Paul Falzon

Née il y a deux ans à Toulouse pour animer l’écosystème régional de la data et de l’IA, l’association Occitanie Data (7 salariés) s’apprête à connaître de profondes transformations en 2021. La structure, qui comptera 44 membres à l’issue de son prochain conseil d’administration, a voté le 1er mars le lancement de sa transformation en Groupement d’intérêt public (GIP), avec l’objectif d’obtenir le feu vert du gouvernement au début du second semestre 2021. "Cette forme juridique est un gage de confiance pour les acteurs qui nous rejoindront. Elle va dans le sens de la volonté initiale d’Occitanie Data de construire un cadre éthique et souverain autour de l’économie de la data et de l’intelligence artificielle (IA)", pointe Olivier Auradou, directeur de l’association.

Un enjeu de souveraineté

La transformation en GIP s’accompagne d’un changement d’identité. Le nom choisi, Ekitia, traduit la volonté de ne plus travailler seulement à l’échelle de l’Occitanie. "Nous maintiendrons un ancrage régional fort, pour faciliter les connexions entre nos adhérents et conserver un territoire d’expérimentations, mais les enjeux autour de la donnée se posent aujourd’hui au niveau national voire international, constate Olivier Auradou. Nous nous inscrivons pleinement dans les objectifs de la Commission européenne qui a posé dans son Data Governance Act l’ambition de faire émerger des tiers de confiance souverains dans le traitement des données."

Repenser le partage de la valeur

Face aux GAFAM, Occitanie Data tente de structurer les acteurs français de la donnée (entreprises, laboratoires, clusters et collectivités) autour de quatre cercles de travail : l’éthique et le juridique, les solutions techniques, les cas d’usages et les modèles économiques. Cette dernière thématique doit monter en puissance dans les travaux du futur GIP, avec le prochain recrutement d’un salarié chargé d’animer la réflexion sur le partage de la valeur. "Des questions se posent par exemple autour de l’open data : actuellement les entreprises qui en bénéficient sont celles qui ont les moyens de les exploiter, en clair les grandes plateformes internationales. Nous voulons proposer de nouveaux modèles de partage de la valeur s’appuyant sur les cas d’usages avec trois premiers secteurs clés : les mobilités, la santé, et l’environnement", précise Olivier Auradou.

Un label éthique au second semestre

Une fois constitué, le GIP fera de la création d’un label Ekitia garantissant un usage éthique des données, construit sur la base de sa charte éthique, l’une de ses priorités. La structure veut aussi développer ses interventions en phase de conception des plateformes et solutions numériques. Elle a ainsi accompagné la Région Occitanie dans la création de sa nouvelle plateforme d’emploi personnalisé, qui s’appuie sur l’intelligence artificielle pour amener des recommandations de formation ou d’emploi aux particuliers.

L’équipe de l’association Occitanie Data dans ses locaux de la Cité, à Toulouse.
L’équipe de l’association Occitanie Data dans ses locaux de la Cité, à Toulouse. — Photo : Paul Falzon

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail