Gironde

Industrie

Circouleur lance la première peinture recyclée de France

Par Anne Cesbron, le 01 novembre 2018

Elle crée ses peintures à partir de matières inutilisées, jetées par les particuliers ou les professionnels, et destinées à l'incinération. Maïlys Grau, chimiste de formation, sait reformuler la matière pour lui donner une nouvelle vie. Elle a fondé l'entreprise Circouleur à Blanquefort. Une première sur un marché balbutiant en Europe. 

Maïlys Grau, fondatrice et présidente de Circouleur à Blanquefort.
Maïlys Grau, fondatrice et présidente de Circouleur à Blanquefort. Elle crée des peintures haut-de-gamme à partir de matières collectées en déchèteries et condamnées à l'incinération. — Photo : Circouleur

La créatrice

Alors qu’elle se rendait dans une déchèterie pour y déposer ses fonds de pots de peintures à la suite d’un chantier domestique, Maïlys Grau questionne les agents qui l’accueillent sur le devenir de cette matière non-utilisée. On lui répond que la peinture rejoint les incinérateurs. Stupeur pour la chimiste : brûler des peintures fabriquées à base d’eau lui semble pour le moins paradoxal !

Maïlys Grau découvre alors que le recyclage en France n’a pas de filière dédiée aux peintures acryliques. Résultat, ce sont près de 28 millions de litres qui partent en fumée chaque année en France. De ce constat germe l’idée : donner une seconde vie à cette matière et éviter du même coup les 37 000 tonnes de CO2 rejetées dans l’atmosphère après incinération, en France.

Le concept

En 2015, Maïlys Grau s'envole pour le Québec. Là-bas, comme aux Etats-Unis ou au Canada, on recycle les peintures. De retour, la chimiste trouve ses premiers partenaires. La matière première, confiée aux déchèteries, est collectée et triée par couleur pour être « reformulée » au sein du Laboratoire de Chimie des Polymères Organiques (LCPO) à Pessac. En 2017, le projet se précise, les peintures obtenues après ajouts d’additifs contiennent entre 70 et 80 % de matière recyclée.

C’est au Tourne, près de Langoiran, que les peintures sont élaborées en toute confidentialité, au sein de l’entreprise du maître artisan peintre Xavier Campistro, lui-même fabricant d’une marque de peintures écologiques. En sortent deux formats de pots de 0,5 et 2,5 litres, distribués au Brico E.Leclerc de Saint-Médard-en-Jalle (Gironde), et des contenants de 15 litres destinés aux professionnels.

Le cabinet parisien de tendances Peclers apporte la dernière touche à la palette des nuances. « Je souhaitais des peintures haut de gamme, des couleurs chic et douces », explique la fondatrice de Circouleur. Ainsi naissent le gris éléphanteau, les bleus paon, eucalyptus, argile, ou les bois de rose et rose poudré.

Les perspectives

Les trois premières tonnes de peintures ont été mises en pot en 2018. « Une levée de fonds est prévue au premier trimestre 2019 - 400 000 euros qui vont permettre d’accélérer la production, la R&D et d’étoffer notre gamme pour proposer des peintures pour pièces humides », précise Marianne Rittaud, directrice marketing et commerciale. Circouleur, pour l’heure seul fabricant de peintures recyclées en France, a devant lui un volume de peinture à recycler estimé à 28 millions de litres chaque année. A Blanquefort, on imagine déjà une usine pour valoriser cette matière.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition