Caen

Logistique

Sofrilog accélère le développement de son activité transport

Par Isabelle Evrard, le 30 juin 2022

Le spécialiste du transport frigorifique et de la logistique, Sofrilog, cherche à équilibrer son offre de transport et son offre logistique. Pour y parvenir, l’entreprise ambitionne de doubler le chiffre d’affaires de son activité transport d’ici cinq ans.

Sofrilog compte 220 véhicules en propre, dont 25 roulant au gaz.
Sofrilog compte 220 véhicules en propre, dont 25 roulant au gaz. — Photo : David Azria

Sofrilog, spécialiste de la logistique et du transport frigorifiques (1 176 salariés), basé à Caen depuis 1947, poursuit sa croissance dans ses deux secteurs d’activité. D’abord dans le domaine de la logistique, qui représente 80 % de son chiffre d’affaires (148 millions d’euros en 2021). L’ETI normande a investi, en 2021, 17 millions d’euros dans plusieurs gros projets d’extension avec le site La Verrie (Vendée), et celui de Vire (Calvados). L’entreprise a aussi renforcé son partenariat avec Picard à travers l’extension de deux plateformes logistiques à Villeneuve-sur-Lot (Nouvelle-Aquitaine) et Bédée (Bretagne). "Ces mises en service ont été effectuées dans un temps record, avant la fin 2021 et nous ont permis d’élargir notre maillage territorial", se félicite Rui Pereira, directeur général de Sofrilog.

Doubler le chiffre d’affaires transport

Avec 40 entrepôts, Sofrilog affiche une capacité de stockage grand froid de 1,4 million de mètres cubes. Près de 90 % du froid sont produits en gaz neutre. "Nous ambitionnons d’atteindre les 100 % à horizon 2025-2030", ajoute le directeur général. Mais Sofrilog souhaite également développer son activité transport et distribution (20 % du chiffre d’affaires) : "Nous avons passé la seconde en rachetant trois agences de transport Panalog à Châtellerault et Agen, et plus récemment en mars 2022, à Mâcon. En doublant notre couverture transport, nous couvrons désormais plus des deux tiers du pays. Notre objectif est d’arriver à l’équilibre entre la logistique et le transport, ou du moins, dans un premier temps, doubler le chiffre d’affaires transport d’ici trois à cinq ans", détaille le directeur commercial Sébastien Bossard.

Misant sur la polyvalence, Sofrilog s’essaye aussi à de nouveaux métiers, notamment dans les services à domicile et a repris "14 Repas Services" (35 K€ de CA en 2021), une petite structure de livraison de repas à domicile à Bretteville-sur-Odon, dans le Calvados.

Réduire l’empreinte carbone de la flotte

Sébastien Bossard, directeur commercial, Rui Pereira, directeur général de Sofrilog.
Sébastien Bossard, directeur commercial, Rui Pereira, directeur général de Sofrilog. - Photo : sofrilog

Autres axes de développement, les plateformes logistiques urbaines (PLU), via sa filiale Oofrais, qui intervient "au dernier kilomètre". Après des ouvertures à Caen et Rouen en 2021, Oofrais s’est implanté à Strasbourg en 2022. "Notre ambition est d’offrir à nos clients, tels que Carrefour, Auchan et Picard, mais aussi aux grossistes, chaînes d’hôtellerie ou de restauration, et distributeurs, des offres multi-formats en véhicule léger propre au cœur des agglomérations, et de devenir un acteur national de la distribution grand froid", précise Sébastien Bossard.

Devant la flambée des coûts de l’énergie, l’entreprise qui compte 220 véhicules en propre (dont 25 roulant au gaz, 15 en cours d’achat) et plus de 200 véhicules d’entreprises sous-traitantes, se penche sur l’avenir de sa flotte de camions : pétrole, gaz ou hydrogène ? "À l’instar de notre volonté d’atteindre la production de froid en gaz neutre, nous avons cette même ambition pour le transport et ces questions font bien évidemment partie des sujets de réflexion en interne. Demain, nous devrons faire des choix. Malheureusement, la guerre en Ukraine a mis un petit coup de frein sur le développement des véhicules au gaz au sein de notre flotte", confirme Sébastien Bossard. Et pour éviter de répercuter un surcoût trop important sur leurs clients, Sofrilog jongle avec diverses solutions pour trouver des économies, comme l’optimisation des créneaux de livraison, et la réutilisation de moyens.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition