Rouen

Logistique

Investissement industriel

Senalia investit 20 millions d’euros pour se diversifier dans l’entreposage et la logistique

Par Robert Quérret et Sébastien Colle, le 01 février 2024

Premier exportateur céréalier français, Sénalia entame sa diversification dans le domaine de l’entreposage et de la logistique de produits conditionnés. Une nouvelle activité pour laquelle il investit 20 millions d’euros, et qui devrait, à terme, devenir un métier à part entière pour le logisticien spécialisé dans les exportations maritimes de céréales.

Sénalia, premier exportateur céréalier Français, investit 20 millions d’euros dans une nouvelle offre logistique et d’entreposage à Rouen.
Sénalia, premier exportateur céréalier Français, investit 20 millions d’euros dans une nouvelle offre logistique et d’entreposage à Rouen. — Photo : Senalia/Elie

Les dirigeants de Sénalia ont décidé de se diversifier dans le domaine de l’entreposage et de la logistique de produits conditionnés. L’entreprise rouennaise (150 salariés ; 39 M€ de CA) souhaite y "investir massivement" dès cette année 2024. Les grandes ambitions du groupe dans ce domaine ont été dévoilées au cours de la convention annuelle de janvier dernier au musée du Quai Branly à Paris.

Un investissement de 20 millions d’euros

Le groupe qui a repris les entrepôts de Normandie Logistique en 2023 annonce vouloir disposer dès le mois de décembre 2024 d’une offre atteignant 75 000 m2 (760 000 m3) répartie sur trois bâtiments à proximité des terminaux conteneurs du port de Rouen. Deux existent déjà à Petit-Quevilly, et l’édification du troisième (40 000 m2) va démarrer à Petit-Couronne au prix d’un investissement de l’ordre de 20 millions d’euros.

L’ensemble, conçu pour assurer des services logistiques très complets, offrira une capacité de 80 000 palettes logées (650 000 tonnes de marchandises) pour le stockage rack et masse des produits secs et sous-température dirigée.

"Notre force de frappe en logistique de produits conditionnés va ainsi être multipliée par cinq" s’enthousiasme Thierry Dupont, président de Sénalia Union. Pour Gilles Kindelberger, directeur général de Sénalia : "ce troisième métier va créer de la valeur par sa complémentarité avec les savoir-faire existants et en accédant à de nouveaux marchés avec des solutions cousues main, à l’image de ce que nous faisons sur nos deux métiers historiques". Avec pour objectif de devenir le partenaire de référence en la matière sur l’Axe Seine.

Une bonne santé financière

Lors de l’exposé du bilan de l’exercice 2023, les dirigeants de Sénalia ont mis en avant une forte progression avec un chiffre d’affaires à 39 millions d’euros (32 millions d’euros sur l’exercice précédent). "Deux éléments marquent la performance et la solidité du groupe. D’abord, le ratio EBE/CA qui est de 26 % et progresse de 3 points. Le second est la solidité de nos fonds propres qui s’élèvent à 93 millions d’euros en progression de 2 %", souligne le directeur général, Gilles Kindelberger.

Dans son métier de logisticien spécialisé dans l’exportation de céréales par voie maritime, Sénalia a valorisé une masse stable de produits dépassant les 4 millions de tonnes chargées sur 227 navires. Du blé, principalement expédié vers l’Algérie et le Maroc, et des orges fourragères destinées à la Chine. Soit le quart des livraisons de céréales françaises et plus de 40 % du trafic spécifique opéré via le port de Rouen largement leader de la spécialité en France. "Nous aurions pu faire davantage", regrette Gilles Kindelberger, par ailleurs satisfait de la progression des apports terrestres via les modes massifiés qui s’est hissée à 42 % du total. Ceci à raison de 10 % par le rail et 32 % par le fleuve avec 1 200 péniches déchargées dans les diverses installations du groupe. Le savoir-faire du groupe rouennais devrait aussi bientôt pouvoir s’exporter. Sénalia a ainsi répondu à un appel d’offres du Qatar portant sur l’exploitation d’un terminal d’importation de produits agricoles (céréales, riz, sucre) au nouveau port de Hamad au sud de Doha. Les Rouennais souhaitent entraîner avec eux d’autres partenaires français dans ce projet.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition