Le Havre

Logistique

L'Union Maritime et Portuaire du Havre veut un pacte de confiance privé/public

Par Robert Querret, le 25 juin 2019

Lors de l’assemblée générale de l’Union Maritime et Portuaire havraise, son président, Michel Segain, a estimé nécessaire la mise en place d’une nouvelle gouvernance pour les ports de Paris, Rouen et Le Havre.

Michel Segain (au centre de la photo) et le bureau de l’Umep du Havre.
Michel Segain (au centre de la photo) et le bureau de l’Umep du Havre. — Photo : R.Q

« C’est une période riche en événements et en annonces porteuses de nombreux espoirs qui suscite un enthousiasme inédit et que nous partageons pleinement avec tous les acteurs ». C’est en ces termes que Michel Segain, président de l’Union Maritime et Portuaire (Umep) du Havre, a décrit l’exercice écoulé lors de l’assemblée générale de l’organisation professionnelle, le 21 juin, au Havre. Évoquant la fusion des ports de l’Axe Seine en cours de préfiguration sous la houlette de Catherine Rivoallon, celui-ci a réaffirmé être : « désireux de travailler avec l’État à la création d’un espace maritime et portuaire durablement attractif ».

« Nous ne devons pas lésiner sur les moyens de réunir les ports de paris, de Rouen, et du Havre en un seul et unique port » affirme le président de l’Umep du Havre, qui précise : « un pacte de confiance public/privé doit nécessairement émerger pour asseoir les bases d’une nouvelle Gouvernance favorisant le développement durable de toutes nos activités ».

Une stratégie mieux partagée

Le président de l’Umep havraise estime qu’il faut « remettre à plat toutes les gouvernances », et notamment qu’il serait « judicieux » que les ports soient mieux impliqués dans la stratégie des gestionnaires des réseaux ferroviaires et fluviaux. De même que dans celle des ports décentralisés « où les Grands Ports Maritimes doivent jouer un rôle moteur, plus fédérateur », affirme Michel Segain.

Enfin, l’Umep du Havre porte « un œil hautement attentif sur le planning de réalisation » de la chatière d’accès fluvial à Port 2 000 (accès fluvial direct aux terminaux à conteneurs) et de l’électrification de la ligne Serqueux-Gisors. « La mise en service de ces deux outils indispensables à notre développement permettra d’améliorer encore notre qualité de service et notre force de projection jusqu’au cœur des bassins de consommation » rappelle Michel Segain.

Les milieux portuaires havrais se montrent ainsi plutôt confiants, avec en toile de fond, le trafic des premiers mois de 2019 qui laisse augurer un nouvel exercice en croissance pour la filière conteneurs. Fin mai, celle-ci, exprimée en équivalent vingt pieds (EVP), se chiffrait à 3,2 % pour le marché hinterland et à 10 % pour les transbordements.

Michel Segain (au centre de la photo) et le bureau de l’Umep du Havre.
Michel Segain (au centre de la photo) et le bureau de l’Umep du Havre. — Photo : R.Q

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.