Manche

Électronique

Gauthier Connectique investit en Normandie pour gagner des parts de marché à l'international

Par Isabelle Evrard, le 10 janvier 2020

Spécialisée dans la fabrication des connecteurs pour l'industrie, Gauthier Connectique investit 2 millions d’euros dans la Manche pour gagner en compétitivité et accroître ses parts de marché à l'export.

Luc Sevestre, PDG de Gauthier Connectique, à Avranches (Manche)
Luc Sevestre, président de Gauthier Connectique, investit en Normandie pour rester compétitif face à ses concurrents américains. — Photo : © Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Gauthier Connectique investit en Normandie pour mieux se vendre à l’international. Basée à Avranches, dans la Manche, cette PME intervient sur un marché de niche : celui de la fabrication de connecteurs destinés aux milieux dits « sévères », tels que le nucléaire, le spatial, l’aéronautique civil et militaire ou encore l’extraction pétrolière. « Notre mission est de faire en sorte que les informations qui passent dans les câbles ne soient pas perturbées par les environnements extérieurs », explique le PDG Luc Sevestre, à la tête de l’entreprise depuis 2011. « Quand j’ai repris l’entreprise, elle travaillait principalement avec Dassault et ne cherchait pas particulièrement à étendre son activité » explique le dirigeant qui s’est aussitôt engagé sur la voie de la diversification vers d’autres secteurs d’activité.

Depuis 2016, l’entreprise a ainsi élargi son business au spatial et a fait grimper son chiffre d’affaires, qui est passé de 1,7 million d’euros en 2011 à 4,5 millions d’euros en 2019. Forte d’une croissance annuelle de 20 % à 25 %, l’entreprise s’est lancée dans un programme d’investissement sur trois ans de près de deux millions d’euros, dont un financement de 72 500 € et un prêt à taux zéro de la Région Normandie. Gauthier Connectique a ainsi fait l’acquisition d’outils de production et de machines robotisées plus performants, qui permettent notamment de fabriquer des pièces d’un seul tenant, sans soudure intermédiaire.

Implantation à Londres

« Ces investissements sont nécessaires dans un contexte de concurrence avec les géants américains de ce même secteur », assure Luc Sevestre qui envisage d’augmenter ses effectifs et d’atteindre la barre des 100 salariés. Gauthier Connectique employait 16 personnes en 2011 lors de la reprise et emploie aujourd’hui 35 collaborateurs : « Nous avons plus que doublé notre effectif depuis 2011, pour structurer l’entreprise, dans le bureau d’études, mais aussi les méthodes et le développement de produits. Cela a permis de nous positionner sur d’autres secteurs d’activité ». L’entreprise affiche désormais un catalogue de près de 8 000 produits qu’elle compte davantage vendre. Le dirigeant normand aimerait atteindre à moyen terme un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros en augmentant sa part à l’export : « Nous avons mis en place un service export et ouvert un bureau à Londres en 2019. Nous avons aussi démarré la prospection sur le territoire allemand. Malgré notre taille, nous commençons à être connus à l’international et nous dépassons aujourd’hui les 20 % de chiffre d’affaires à l’export. Mais nous visons clairement les 50 % », confirme Luc Sevestre. Parmi les principaux clients de Gauthier Connectique: Dassault, Safran, Thales, Airbus, Ariane Group... 

La marche en avant de l’entreprise se trouve toutefois confrontée à des problèmes de recrutement, à l’instar de nombreuses industries normandes comme le confirme Sophie Gauguin, 1re vice-présidente de la Région Normandie en charge de l’économie : « 21 000 emplois du secteur industriel restent non pourvus en Normandie », regrette l’élue qui ajoute que la « Région travaille pour trouver des solutions et inverser la tendance ». À Avranches, dans les ateliers de Gauthier Connectique, on attend ces solutions non sans impatience.

Luc Sevestre, PDG de Gauthier Connectique, à Avranches (Manche)
Luc Sevestre, président de Gauthier Connectique, investit en Normandie pour rester compétitif face à ses concurrents américains. — Photo : © Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail