Morbihan

Informatique

PME

Tyrex poursuit la décontamination des supports USB à l’international

Par Ségolène Mahias, le 07 février 2024

Depuis Lorient et Clichy, Tyrex entend peser encore plus à l’international. Cet acteur majeur de la décontamination des supports USB ambitionne de réaliser 50 % de son chiffre d’affaires à l’export d’ici cinq ans. Pour atteindre son objectif, Tyrex vient d’ouvrir une filiale aux États-Unis.

Tyrex conçoit et fabrique des bornes de décontamination pour des supports USB.
Tyrex conçoit et fabrique des bornes de décontamination pour des supports USB. — Photo : Tyrex

Tyrex n’en finit pas de gagner du terrain. La PME de 22 salariés est l’un des rares spécialistes français du marché de la décontamination des supports USB, l’entreprise basée à Clichy mais qui dispose d’une base opérationnelle importante à Lorient, prend un réel essor à l’international. "Nous réalisons 30 % de nos cinq millions d’euros de chiffre d’affaires à l’export. Les États-Unis sont notre marché principal. Nous venons donc d’y ouvrir une filiale", indique Christophe Bourel, fondateur et dirigeant de la société.

Cap sur l’international

Auréolé de plusieurs prix à l’international comme lors de l’American Maritime Forum à Miami, un événement qui rassemble les acteurs mondiaux de l’industrie maritime, l’acteur cyber ne compte pas en rester là. "D’ici cinq ans, nous voulons doubler notre chiffre d’affaires et que l’export passe de 30 %, aujourd’hui, à 50 % ; le tout en continuant d’investir annuellement et significativement dans la R & D", poursuit Christophe Bourel.

Présent sur un échiquier international, Tyrex entend aussi en parallèle se renforcer en France et en Europe. Ses solutions - des kiosques qui analysent en quelques minutes des périphériques amovibles - sont déjà utilisées et prisées par les plus grands noms du CAC 40 mais aussi par l’État au sein de ministères tels que le ministère de l’Intérieur. À date, plus de 3 000 bornes sont installées. En France, comme ailleurs, Tyrex évolue sur trois segments différents : l’industrie, la défense (police, armée) et les transports. "Les transports et notamment le monde maritime sont nos plus gros clients. Nous vendons pour toute la partie liée aux bateaux-pilotes, ceux qui aident les super tankers à entrer dans les ports. "

Souveraineté nationale

Pour toujours garder une longueur d’avance, Tyrex noue des partenariats avec différentes sociétés comme Glimps, l’acteur rennais de la cybersécurité ou Brain qui propose des jeux. "L’idée est de proposer des prestations en plus avec nos clients." Via des entreprises comme Glimps, elle peut aller au-delà de la reconnaissance des virus classiques, en décelant des "variants" par exemple. "C’est un enjeu important pour nos clients", poursuit Christophe Bourel. "Avec Brain, nous pouvons proposer de la formation sous forme de jeux pendant que la personne procède à l’analyse de sa clé."

En matière de différenciation, Tyrex mise sur son côté spécialisé. "Contrairement aux deux autres acteurs français majeurs sur notre marché, nous ne faisons que de la décontamination de supports USB", précise le dirigeant. Il met aussi en exergue la notion de souveraineté nationale. "J’y suis attaché. C’est dans mon ADN. Nos services supports sont basés à Clichy et à Caen. Nos bornes sont fabriquées à Limoges."

Présente à Lorient depuis quelques années, l’entreprise y voit l’intérêt d’être au cœur d’un écosystème lié à la cyberdéfense et à l’industrie naval avec des acteurs comme Thalès, Naval Group, Bolloré, la présence d’écoles et l’Anssi (agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) qui a ouvert une agence à Rennes.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition