Morbihan

Biens de consommation

Torréfaction de Brocéliande crée des capsules de café... en maïs

Par Ségolène Mahias, le 15 mars 2018

La dernière innovation de Torréfaction de Brocéliande est forte de café. Après trois ans de recherche, l'entreprise ploërmelaise a mis au point des capsules biodégradables et compostables. La PME s'ouvre ainsi de nouveaux relais de croissance. 

Torréfaction de Brocéliande évolue sur une gamme importante de produits essentiellement vendus en GMS. — Photo : DR

Trois ans. C’est le temps qu’il aura fallu à l’entreprise Torréfaction de Brocéliande pour mettre au point sa dernière innovation. L’entreprise familiale n’a pas ménagé ses efforts ni ses tests pour mettre au point des capsules de café biodégradables et compostables. Elle est aujourd’hui la seule en Bretagne à proposer ce produit. « C’est une idée de notre père qui date d’il y a quatre ou cinq ans. Il avait déjà mesuré le succès que pourraient avoir ses capsules », précisent ses trois enfants Alan, Nolwenn et Elen Pessel, les dirigeants de la société que présidait leur père, récemment décédé.

Une capsule en amidon de maïs

Photo : Torréfaction de Brocéliande

La démarche d’innovation de la famille Pessel s’est aussi inscrite dans la volonté d’être éco-responsables. Pas question pour eux d’imaginer une capsule en aluminium « au vu de sa dangerosité ni de rajouter des additifs ou des arômes » comme peuvent le faire de grosses majors mais « une capsule contenant uniquement du café vert lentement torréfié à 220 degrés durant 20 à 22 minutes ». Au terme de leurs recherches, ils ont opté pour des capsules composées à 100 % d’amidon de maïs. Avec ce nouveau produit, Torréfaction de Brocéliande « entend poursuivre sa croissance en misant sur la qualité et la différenciation » sur un territoire breton qui compte neuf torréfacteurs.

Leur innovation fait aujourd’hui ses débuts en GMS, là où l’on retrouve la marque-phare de l’entreprise à savoir Café Brocéliande. Pour cela, Torréfaction de Brocéliande s’appuie sur ses trois commerciaux. Café moulu, en grains, dosettes, capsules, la PME explore tous les formats et les canaux de vente. Si la GMS génère l’essentiel de ses 3 millions d’euros de chiffre d’affaires, elle vend aussi dans le réseau Biocoop, un peu dans le réseau CHR et aussi en e-commerce.

La Torréfaction de Brocéliande s’approvisionne dans les zones équatoriales.
La Torréfaction de Brocéliande s’approvisionne dans les zones équatoriales. - Photo : Torréfaction de Brocéliande

« Notre site e-commerce a été lancé en juillet dernier. C’est déjà un vrai créneau à part entière. Il répond à des attentes de clients qui veulent pouvoir disposer de nos produits après leurs vacances ou parce qu’ils sont dans des régions où ils ne peuvent les acheter en magasin », dévoile Elen Pessel, en charge de l’e-commerce, du marketing et des réseaux sociaux.

Lancement prochain d’une marque internationale

En 36 ans d’existence, Torréfaction de Brocéliande a su tisser un réseau de distribution de ses produits en Bretagne mais aussi en Pays de Loire ainsi qu’en Région Parisienne. Mais en 2018, l’entreprise ne devrait pas en rester là. « Nous lancerons une marque nationale et internationale. Elle sera un peu plus premium et devrait nous permettre de nous développer encore. En novembre, nous ferons le salon du Made in France où nous pourrons présenter nos savoir-faire et la faire connaître plus largement. »

Cinq ans après l’incendie qui avait dévasté l’entreprise, les dirigeants et ses salariés laissent derrière eux « cette période longue et douloureuse. Le soutien de nos clients, de nos distributeurs, de l’écosystème local n’a jamais failli. Aujourd’hui, nous nous sommes relevés. »

Torréfaction de Brocéliande évolue sur une gamme importante de produits essentiellement vendus en GMS. — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail