Innovation

Nodus Factory élargit sa gamme dans l'ostréiculture, le BTP, les espaces jeux

Par Xavier Eveillé, le 15 octobre 2019

Créée à Sarzeau autour d'une idée originale - créer des applications innovantes et pluridisciplinaires à partir des techniques du matelotage textile - Nodus Factory développe des connecteurs textiles pour l'ostréiculture, la voile, le BTP. Ses dernières innovations ouvrent des débouchés sur les cinq continents.

Olivia Eidenberger, en charge du développement commercial, et Yves Laurant, président de Nodus Factory, sur le salon national de la conchyliculture, à Vannes.
Olivia Eidenberger, en charge du développement commercial, et Yves Laurant, président de Nodus Factory, sur le salon national de la conchyliculture, à Vannes. — Photo : Xavier Eveillé

Spécialisée dans la conception et fabrication de connecteurs textiles pour l’ostréiculture, le nautisme, le BTP, Nodus Factory révolutionne les métiers du matelotage en mode scale-up. Fort de nombreux brevets, le fondateur, Yves Laurant, a structuré une équipe d’une dizaine de personnes et travaille avec les Esat de Loire-Atlantique. Une levée de fonds de 300 000 euros auprès de Proximéa, apportée au capital de Nodus Factory Invest, a permis de développer la présence commerciale : « Nous couvrons les salons en Australie, aux États-Unis, en Espagne… », indique Yves Laurant. BPIFrance apporte aussi son soutien en appuyant une nouvelle levée de fonds.

Une commande de 70 000 pièces

Le déclic ? La preuve par le concept de l’efficacité des systèmes d’attache de casiers dans l’ostréiculture : « Nous avons deux ans de recul sur la pose de 9 000 connecteurs pour un parc de Cancale. Seulement trois se sont décrochés lors de tempêtes. Ce système souple réduit la pénibilité, accroît le rendement de manipulation et améliore l’impact environnemental. » D’autres commandes suivent : « Souvent chez de jeunes ostréiculteurs qui testent nos différents systèmes et sont sensibles à la fois à l’impact environnemental et à l’usure, à la pénibilité au travail. Une jeune génération se profile d’ici 5 ans dans le métier et déborde d’idées. » Nodus Factory intéresse également des porteurs de projet russes qui développent la filière ostréicole en Mer noire en optant pour les techniques les plus innovantes d’entrée de jeu.

Câbles textiles ultralégers

Nodus Factory poursuit ses innovations en complétant la gamme par des systèmes adaptables aux tables existantes ou aux différents types de barres. L’entreprise de Sarzeau développe également des câbles textiles : « C’est moins cher et plus léger. Ils pèsent 7 kg les 100 mètres contre 150 kg pour un câble métallique. » Autre avantage : les câbles textiles ne nécessitent pas le recours à des dévidoirs encombrants et dangereux à manipuler.

D’autres produits innovants ont été récemment conçus, comme les « loops » textiles intégrées dans le panier. « L’ostréiculture est un axe de développement important pour nous, confie le dirigeant de Nodus Factory. Mais les applications sont multiples dans la voile et le BTP. » Les connecteurs textiles peuvent notamment remplacer les suspentes métalliques.

Yves Laurant est entouré depuis ses premiers pas dans l’aventure par Jean-Pierre Dupret (ex P-DG de Rova), Olivier Cousi (avocat, spécialiste des droits d’auteur et de la propriété intellectuelle) et Jean-Claude Winders (ex-senior manager chez Caterpillar). L’entreprise, créée en 2015, ne communique pas encore son chiffre d’affaires.

Olivia Eidenberger, en charge du développement commercial, et Yves Laurant, président de Nodus Factory, sur le salon national de la conchyliculture, à Vannes.
Olivia Eidenberger, en charge du développement commercial, et Yves Laurant, président de Nodus Factory, sur le salon national de la conchyliculture, à Vannes. — Photo : Xavier Eveillé

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.