Vannes

Services

Réseaux d'accompagnement

Le Village by CA veut s’ouvrir davantage aux start-up tournées vers les transitions

Par Ségolène Mahias, le 28 novembre 2023

Cinq ans après son lancement, le Village by CA du Morbihan a accompagné une cinquantaine de start-up. Toujours tourné vers des activités très diverses, l’incubateur entend s’ouvrir plus encore aux thématiques liées aux transitions au sens large.

Christophe Grelier, directeur général du Crédit Agricole du Morbihan Christine Bonhomme, directrice RSE et transitions et Catherine Laudic, maire du Village by CA du Morbihan, se projettent pour le futur.
Christophe Grelier, directeur général du Crédit Agricole du Morbihan Christine Bonhomme, directrice RSE et transitions et Catherine Laudic, maire du Village by CA du Morbihan, se projettent pour le futur. — Photo : Ségolène Mahias

Le Village by CA Morbihan vient de fêter ses cinq ans d’existence. Établi au sein du PIBS de Vannes, à deux pas de la caisse régionale du Crédit Agricole du Morbihan qu’il l’a créée, l’accélérateur de start-up dresse un premier bilan de son empreinte économique sur le territoire. "Depuis juin 2018, nous avons hébergé une cinquantaine de start-up et comptons une quarantaine d’entreprises partenaires", chiffre Catherine Laudic, maire du village depuis son ouverture. Accompagnées pour une durée de deux ans, ces jeunes pousses auront créé une centaine d’emplois au total avec des fers de lance que peuvent être Medaviz, l’éditeur de solutions de télémédecine, qui compte 35 salariés aujourd’hui ou bien encore Buldi, spécialisée dans la mise en relation de projets de construction de maisons ou d’extension, qui emploie désormais 25 personnes. "Nous n’enregistrons que 10 % de défaillances ce qui est très peu sur cette typologie et taille d’entreprise. Je l’explique par l’accompagnement que nous proposons et qui dure deux ans a minima. En amont, nous sommes vigilants sur le choix des start-up que nous accueillons." Clairement, le Village by CA entend retenir celles et ceux qui participeront à l’économie de demain sur le territoire et plus largement.

Une expertise dans la cybersécurité

À l’instar du Village by CA Morbihan, 43 autres villages ont vu le jour en France, en Italie et au Luxembourg. De quoi constituer un réseau qui profite aux start-up accompagnées. "À Vannes, comme ailleurs dans le réseau, nous sommes le plus gros réseau d’accélération en Europe. Nos start-up peuvent s’appuyer sur ce maillage, sur nos partenaires, sur les autres start-up. C’est un réseau d’échanges."

Deux tiers des jeunes pousses retenues par l’incubateur vannetais sont hébergées. "C’est une demande forte. Une petite partie opte juste pour l’accompagnement." Côté secteurs représentés, le Village by CA Morbihan revendique une large représentation des secteurs d’activité. "Là où l’on aurait pu croire que l’on aurait des start-up liées majoritairement au nautisme ou à l’agroalimentaire, nous avons une bonne représentativité et une petite spécialité autour de la cybersécurité qui se dessine dans le temps."

Ouverture aux transitions

Alors que l’incubateur se prépare à recevoir une nouvelle promotion d’entreprises, il revendique toujours d’être généraliste mais affiche des orientations. "Nous allons donner une impulsion plus forte aux projets liés aux transitions sur la jeunesse, le grand âge mais aussi sur les transitions écologiques ", dévoile Christophe Grelier, directeur général de la Caisse régionale du Crédit Agricole du Morbihan. L’infrastructure envisage aussi d’initier et de participer à des candidatures intervillages. "Nous pouvons avoir de la complémentarité, avoir une vision plus puissante et permettre de répondre à des besoins de maillage d’entreprises."

Financeur principal et créateur du lieu, l’établissement bancaire entre aussi parfois au capital de certaines start-up via son fonds Morbihan Expansion dont les prises de participation oscillent entre 50 000 et 300 000 euros. "Cela arrive parfois. C’est aujourd’hui un tout petit nombre de start-up."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition