Bretagne

Loisirs

Forêt Adrénaline installe ses filets ludiques à Abu Dhabi

Par Ségolène Mahias, le 06 septembre 2019

Avec trois sites en Bretagne, l’entreprise morbihannaise Forêt Adrénaline ne se contente pas d’occuper le terrain avec ses parcs aventures dans les arbres. C’est désormais à l’international qu’elle se fait un nom avec ses parcours dans les filets. Après l’Australie, elle pose ses filets aux Émirats Arabes Unis.

David Gibert, créateur et dirigeant de l'entreprise de parcs aventure morbihannais Forêt Adrénaline.
David Gibert a créé son premier parc aventures dans les arbres à Carnac en 2004. Aujourd'hui fort de trois sites en Bretagne, il lorgne l'international avec son nouveau concept de filets tendus rebondissants. — Photo : Ségolène Mahias

À Carnac, Rennes et Saint-Père (Ille-et-Vilaine), l'entreprise Forêt Adrénaline s’appuie aujourd’hui sur trois parcs aventures dans les arbres qui emploient 40 salariés en saison, dont une dizaine de permanents à l’année. Si tout a commencé dans le Morbihan en 2004, l’horizon est aujourd’hui mondial.

Mais son dirigeant, David Gibert, ingénieur mécanique et fan de loisirs extérieurs, n’oublie pas ses débuts. Après une saison dans un parc accrobranche de Vendée, il décide de se lancer en solo. « J’ai toujours eu la volonté de ne pas fonctionner de façon saisonnière, comme beaucoup de parcs. C’est sans doute lié à mon cursus, mais je fais le pari du process et de la duplication de nos nouveaux concepts », décrit le dirigeant. Et parmi ces innovations, il y a le nouveau levier de croissance de Forêt Adrénaline : Trampôforest, un circuit sur des filets tendus entre les arbres. C’est aujourd'hui autour de cette marque brevetée que la PME morbihannaise tisse son développement.

Filets jetés à Abu Dhabi

« Dès 2009, nous nous sommes intéressés aux parcours dans les filets que nous avons conçus pour nos parcs, mais aussi pour des clients comme des campings. Les parcours filets peuvent s’adapter dans de nombreux lieux et ne nécessitent pas d’encadrement dédié. » Lieux de vacances, zoos, parcs d’attractions... Les parcours dans les filets gagnent du terrain et Forêt Adrénaline est en bonne position sur ce marché « où la compétence est française ».

Pour l’entreprise, les premières belles commandes n’ont pas tardé. « Nous avons vendu un parcours en Australie et nous venons d’en installer un à Abu Dhabi, aux Émirats Arabes Unis. Ce sont de très belles cartes de visites pour la suite. » Pour Abu Dhabi, c’est au sein de la prestigieuse adresse du Louvre que la PME a posé ses filets avec des contraintes techniques et esthétiques liées au lieu. Elle a mobilisé quatre personnes sur place pour installer ce projet. « Nous visons une forte croissance sur cette offre », avance David Gibert. Si le chiffre d’affaires de l’entreprise atteint aujourd’hui 1,5 M€ au total, dont 500 000 euros sur la partie commercialisation, la volonté est de monter en puissance sur ces prestations.

Et sur ce marché où il y a des concurrents, Forêt Adrénaline entend mettre en avant sa différence. « Nous sommes exploitants de nos trois sites, mais aussi de nos installations Trampôforest dans des campings. Nous faisons aussi de la maintenance. Associé à nos compétences en conception, cela nous permet de nous distinguer. » En parallèle, David Gibert lance un recrutement pour un poste de directeur(trice) commercial(e) à l’international pour répondre « aux ambitions de l’entreprise sur les filets à l’étranger, mais aussi en France. »

Des filets aux tyroliennes

Pour l’heure, Forêt Adrénaline achève sa saison touristique. S’appuyant sur ces trois sites bretons, le concepteur et spécialiste de la maintenance « parvient à tirer son épingle du jeu en faisant des économies d’échelle ». Elle enregistre quelque 75 000 à 80 000 visiteurs par an avec les vaisseaux amiraux que sont le site de Carnac et celui des Gayeulles à Rennes. Sur un échiquier régional où l’on recense une trentaine d’infrastructures spécialisées dans les parcs aventures, l’entreprise a su diversifier son offre : proche d'une station balnéaire touristique (Carnac), urbaine avec son implantation au cœur du parc des Gayeulles (Rennes) et historique avec le site de Saint-Père, qui surplombe les douves d’un vieux fort Vauban.

Dans ses parcs comme à l’international, David Gibert entend faire monter en compétence ses équipes et s’appuyer sur des responsables de site « pour rendre l’activité d’exploitation la plus autonome possible ». Car l'entrepreneur, membre du Centre des Jeunes Dirigeants de Vannes, où il trouve de nouvelles pistes et conseils pour faire évoluer sa PME, porte de nouveaux projets.

« Ce qui est gagné en exploitation est réinvesti. Nous travaillons sur une innovation : une tyrolienne motorisée », dévoile le dirigeant de Forêt Adrénaline. Plus précisément, cette tyrolienne se transformera en un manège de tyroliennes qui permettra de proposer des parcours à terme. Pour cette innovation, la PME travaille avec l’Icam de Vannes. « Nous envisageons que ces tyroliennes soient accessibles au plus grand nombre. Nous travaillons donc pour qu’elles soient adaptées aux personnes handicapées ou âgées. » Devenu chef d’entreprise dans le secteur du loisir, l’ex-ingénieur en mécanique a trouvé un moyen d’associer ses compétences tout en innovant.

David Gibert, créateur et dirigeant de l'entreprise de parcs aventure morbihannais Forêt Adrénaline.
David Gibert a créé son premier parc aventures dans les arbres à Carnac en 2004. Aujourd'hui fort de trois sites en Bretagne, il lorgne l'international avec son nouveau concept de filets tendus rebondissants. — Photo : Ségolène Mahias

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.