Morbihan

Énergie

Charwood Energy carbure aux nouvelles énergies

Par Ségolène Mahias, le 03 octobre 2022

Après son entrée en Bourse, Charwood Energy accélère le déploiement de ses centrales de production d’énergie renouvelable à partir de la biomasse. Désormais, le concepteur et développeur de sites énergétiques entend également se développer comme producteur indépendant d’énergie autour de la pyrogazéification.

Adrien Haller, fondateur et PDG de Charwood Energy, mise sur la pyrogazéification pour développer la production de biogaz en France.
Adrien Haller, fondateur et PDG de Charwood Energy, mise sur la pyrogazéification pour développer la production de biogaz en France. — Photo : Charwood Energy

D’énergies, Charwood Energy n’en manque pas. Et ce à plusieurs titres. La PME de Saint-Nolff (25 salariés, 4,6 M€ de chiffre d’affaires) surfe sur le créneau de la conception, de l’installation et de l’entretien d’installations de production d’énergie renouvelable issue de la biomasse. Dans le contexte haussier du prix des énergies et suite à l’appel du gouvernement à la sobriété énergétique des entreprises, la société a le vent en poupe. "Nous avons plus de demandes entrantes que de capacités à déployer des installations", confie Adrien Haller, PDG de la société. Et pour cause : à l’augmentation d’activité liée à la conjoncture s’ajoute un coup de projecteur né de l’introduction en Bourse de Charwood Energy.

12,4 millions d’euros levés en Bourse

Début juillet, la société morbihannaise a fait son entrée sur le marché Euronext Growth Paris. L’augmentation de capital a atteint les 12,4 millions d’euros. Adrien Haller, fondateur de Charwood Energy, et sa compagne demeurent majoritaires aux côtés d’actionnaires historiques que sont Frank Mainard, le fonds Johes et 1M86. Après cette opération boursière, le capital s’est aussi ouvert à des institutionnels, 1 500 particuliers et au fonds d’investissement Eiffel Gaz Vert SLP. "L’entrée en Bourse est intéressante à plus d’un titre. C’est un exercice structurant sur plusieurs moins en non-stop. Il offre une vision globale des marchés, de la stratégie et des capacités financières." L’opération apporte aussi "une crédibilité et une notoriété en France mais aussi à l’international" et elle permet également de développer des projets. "Nous allons pouvoir accélérer le déploiement de nos centrales de production d’énergie renouvelable en France et à l’international."

Charwood Energy développe la production d’énergie à partir de la valorisation de la biomasse.
Charwood Energy développe la production d’énergie à partir de la valorisation de la biomasse. - Photo : Charwood

Une longueur d’avance pour la pyrogazéification

À date, l’entreprise a installé une centaine de sites en France. Elle compte aller beaucoup plus loin en détenant des centrales de production en propre. Le parc des sites détenus par Charwood atteindrait une cinquantaine d’implantations depuis lesquelles la PME vendrait du gaz issu de la pyrogazéification. L’entreprise fait le pari de ce procédé qui consiste à chauffer des déchets à haute température avec peu d’oxygène. La technologie permet de produire un gaz renouvelable. La société s’est intéressée à ce process depuis 2019 et a, depuis, noué un partenariat avec Spanner Re², un acteur allemand spécialisé dans la construction de systèmes de cogénération à partir de pyrogazéification de biomasse. Charwood s’est dotée d’une filiale W & nergy, qu’elle codétient avec le fonds Eiffel Gaz Vert. Cette nouvelle entité héberge l’activité de commercialisation de ce gaz renouvelable qui représente plusieurs milliards d’euros à l’échelle de la France.

Outre la pyrogazéification, la société intervient dans d’autres champs de déclinaison de la valorisation de la biomasse via des chaufferies bois et des unités de méthanisation. L’ensemble de ces activités devrait permettre à Charwood d’atteindre les sept millions d’euros de chiffre d’affaires cette année avec une trentaine de collaborateurs. Et Adrien Haller n’entend pas s’arrêter là. "Nous devrions réaliser 100 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2027."

Maillage en France

Pour atteindre ses objectifs, le constructeur de centrales énergétiques clés en main va recruter. "Nous sommes une trentaine et nous serons 70 d’ici deux ans", précise le dirigeant. Parmi les postes ouverts figurent des postes en back-office que l’entreprise entend structurer plus encore. "Un directeur financier va nous rejoindre d’ici la fin de l’année et nous recherchons un ingénieur technique qui nous accompagnera sur l’essor de la pyrogazéification." Les recrutements à venir couvriront le champ de compétences de Charwood Energy qui va de la conception en interne à la production et préfabrication des éléments sur site qui sont conteneurisés avant d’être installés, mis en service et suivis en maintenance. "L’entrée en Bourse est aussi intéressante dans une démarche de recrutements. Elle nous apporte des moyens et offre une visibilité à Charwood Energy."

Pour héberger les projets en cours, le site de Saint-Nolff a été reconfiguré et doté de nouveaux outils de production. L’extension des ateliers se poursuit et d’importants travaux sont aussi en cours pour la partie bureau. L’investissement dépasse 1,5 million d’euros dans son ensemble. La société achève d’exploiter sa réserve foncière disponible. Elle est intéressée par un terrain voisin pour son futur.

Des agences partout en France

Charwood Energy va aussi gagner du terrain hors de Bretagne et densifier son maillage commercial, avec l’ouverture d’agences à l’échelle régionale. Ces choix d’ouvertures seront "focalisés sur les régions françaises présentant le plus fort potentiel en termes de biomasse valorisable. Il s’agit de la Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes et l’Île-de-France. Il s’agit de régions bénéficiant d’importantes réserves de biomasse avec du bois sylvicole, du bois de recyclage et des déchets agricoles. Enfin, ces régions ont aussi une forte activité économique. L’ensemble de ces facteurs combinés conduisent donc la société morbihannaise à se doter d’un bureau dédié en Aquitaine voire de le compléter avec des agences et de projeter l’ouverture d’agences en région parisienne et à Clermont-Ferrand.

La méthanisation est une des techniques de valorisation de la biomasse qu’utilise Charwood Energy.
La méthanisation est une des techniques de valorisation de la biomasse qu’utilise Charwood Energy. - Photo : Charwood Energy

Ce maillage de proximité s’inscrit aussi dans la stratégie de développement de la PME avec la croissance du nombre de centrales installées soit pour des clients ou en son compte propre mais aussi pour les activités de maintenance. "Nous souhaitons être réactifs et proches de nos clients. Nous sommes désormais missionnés sur des projets industriels d’envergure. La volonté est de grandir sur ce segment." La clientèle couvre une palette large qui va du monde agricole aux collectivités locales en passant par les industriels. Charwood réalise ainsi un réseau de chaleur pour Engie à Toulouse et va accompagner Terreal, l’acteur international des matériaux en terre cuite, pour son approvisionnement en gaz naturel. D’autres géants industriels se rapprochent actuellement de Charwood pour des projets. "Les enjeux sont importants, la demande est là, il nous faut planifier la construction de sites sachant que nous sommes sur des temps longs pour ce type de projets."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition