Énergie

Boucle énergétique : Un projet à Pontivy Sud

Par Xavier Eveillé Tél. 02 97 07 13 15, le 05 mai 2017

Le SITTOM-MI, le pays de Pontivy et la CCI du Morbihan lancent un appel aux entreprises intéressées par la création d'une boucle eau chaude dans un rayon de 2,5 km autour de l'incinérateur de Pontivy. Environ 200 entreprises se situent dans le périmètre.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

La création de boucles énergétiques dans les zones à vocation industrielle, et notamment agroalimentaire, offre des perspectives de développement considérables dans le Morbihan. Après Liger, opérationnel, ou encore l'usine de méthanisation CHO Locminé, en phase d'étude sur l'ancien site Doux, un nouveau projet mûrit à Pontivy. Approché par le pays de Pontivy et soutenu par la Chambre de Commerce et d'Industrie du Morbihan, le syndicat de traitement des déchets SITTOM-MI (103 communes adhérentes pour un bassin de 180 000 habitants dans le Morbihan intérieur) a lancé début février une consultation auprès des entreprises de Pontivy Sud (environ 200 entreprises concernées, soit 3 000 emplois). Elles sont pour l'essentiel regroupées sur la zone industrielle de Pontivy Sud. L'association Pontivy Sud Entreprises se montre d'ailleurs réceptive, elle qui regroupe quelque 70 adhérents. L'enjeu ? Recenser dès maintenant les entreprises intéressées afin de créer une boucle énergétique eau chaude à 80º c à partir de l'incinérateur du SITTOM-MI, exploité par une filiale d'EDF.

Rendez-vous clé le 17 mai

« Nous réfléchissons en effet à un tracé et convions les entreprises situées dans un rayon de 2,5 km autour de l'incinérateur à une réunion importante pour le projet, le 17 mai », explique Bastien Gillard, le directeur technique et administratif du SITTOM-Mi. La réflexion porte sur un réseau qui permettrait d'alimenter les industriels locaux avec plusieurs locomotives dans la boucle. La laiterie Lactalis en est une : sa consommation en gaz représente deux fois celle en gaz de ville de Pontivy. « Sa participation permettrait de sécuriser les volumes. Le projet se rapproche de celui de Vitré, déjà opérationnel, présenté à la réunion du 8 février. Vitré l'utilise pour sa piscine, ainsi que pour les bureaux du syndicat intercommunal, ou encore Cooper Standard, poursuit Bastien Gillard. À Pontivy, nous avons déjà développé dans les années 90 un réseau de vapeur à 220º c que nous livrons chez Lactalis et Soleval. Précurseur à l'époque, ce réseau de 7 500 équivalents-habitants couvre 15 % des besoins de Lactalis et 100 % de ceux de Soleval pour ses sous-produits animaux de catégorie 2 et 3. Le circuit d'eau chaude, c'est une suite logique. Nous savons faire. Il nécessiterait des aménagements sur l'unité de valorisation, comme des réserves eau chaude... »

Définir les coûts de revient et le calendrier

Environnemental, le défi est également économique. De telles boucles énergétiques locales permettent de produire moins cher, plus propre, et de valoriser l'image de marque de l'entreprise. « À ce stade, nous ne connaissons pas encore le prix de revient ni le calendrier. C'est le retour des entreprises intéressées qui nous permettra d'avancer sur ces points », rappelle le directeur technique. L'usine d'incinération de Pontivy tourne à plein régime. Elle traite 25 000 tonnes d'ordures ménagères pour 35.000 tonnes collectées. Les 10 000 tonnes restantes sont détournées pour partie vers Carhaix et Gueltas. Le mode de fonctionnement du SITTOM-MI privilégie au maximum l'externalisation : le syndicat n'emploie que deux salariés et sous-traite les différents maillons de la chaîne à des prestataires régionaux.

Contact : 02 97 07 13 15

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition