Aix-en-Provence

Technologies

First Light Imaging obtient un financement pour développer une nouvelle caméra

Par Didier Gazanhes, le 19 juillet 2018

David Boutolleau, qui a créé en 2011 la société First Light Imaging, vient de voir son projet de caméra de haute technologie pour l'industrie et l'imagerie médicale recevoir le soutien financier du dispositif Fonds unique interministériel. Il est mené avec quatre partenaires au travers du pôle de compétitivité Optitec.

David Boutolleau (à gauche) et l'un de ses trois associés ingénieurs chercheurs au sein de First Light Imaging développent des caméras aux performances inédites. — Photo : First Light Imaging

La société First Light Imaging, basée à Meyreuil, près d'Aix-en-Provence, vient de recevoir le soutien du Fonds unique interministériel, qui finance des projets de R&D collaboratifs. Son projet de développement ? Une « nouvelle caméra scientifique aux performances inédites pour les secteurs de l’imagerie médicale, l'industrie ou la défense », décrit Cécile Brun, directrice marketing de l’entreprise dirigée par David Boutolleau (CA : 1,7 M€ - 10 salariés et quatre associés).

Quatre briques technologiques

Un projet collaboratif mené depuis novembre 2017 avec quatre partenaires : les sociétés Exavision, spécialiste de la surveillance, et Photon Lines, spécialiste du traitement numérique des informations, et les laboratoires du CNRS et de l’Inserm. « Le choix des partenaires s’est fait assez naturellement, chacun apportant une brique technologique au projet.  Tous font partie de notre écosystème proche et sont également membres du pôle Optitec ». Le dossier a été bouclé en quatre mois et le projet devrait porter ses fruits d’ici à trois ans.

First Light Imaging a vu le jour en 2011. Elle est issue d’un transfert de technologies du laboratoire d’astrophysique de Marseille et réalise des caméras qui combinent extrême sensibilité et vitesse très rapide. « Nous rendons visible l’invisible », résume Cécile Brun, qui souligne que le premier marché de l’entreprise a été l’astronomie. « Notre première caméra a été créée pour les astronomes, par des astronomes. Nous nous sommes positionnés sur un marché de niche où il existe beaucoup de laboratoires de recherche et où les budgets existants sont importants », ajoute-t-elle. L’entreprise a vu le jour au sein de l’incubateur marseillais Impulse, puis a été accompagnée par la pépinière d’entreprises innovantes de Meyreuil.

Une cinquantaine de caméras produite en 2017/2018

En 2017, après trois années de recherche et développement, la start-up a lancé une nouvelle caméra, la C-Red 1, avec des performances notables dans l’infrarouge « Nous l’avons ensuite déclinée dans une seconde version plus petite qui nous permet d’adresser de nouveaux marchés. L’enjeu est de nous diversifier. Depuis quatre ans, nous participons à différents salons dédiés à l’industrie ou la biologie afin de mieux appréhender ces secteurs et nouer des partenariats. Nous avons ainsi pu apprendre les contraintes et améliorer notre approche de ces marchés », analyse Cécile Brun.

Les retombées se font essentiellement à l’export (90 % du CA). « Nous comptons des clients importants sur l’ensemble des continents, sauf en Afrique, en Russie et en Amérique du Sud ». En 2017-2018, First Light Imaging a produit une cinquantaine de caméras.

David Boutolleau (à gauche) et l'un de ses trois associés ingénieurs chercheurs au sein de First Light Imaging développent des caméras aux performances inédites. — Photo : First Light Imaging