Maine-et-Loire

Informatique

Orkeis veut se configurer un bel avenir avec l'intelligence artificielle

Par Olivier Hamard, le 13 février 2019

Créée en 2005, la société d’informatique Orkeis (Maine-et-Loire) n’en finit pas de grandir. De 45 en 2017, elle est passée à 70 salariés en 2018 et mise sur l’intelligence artificielle pour se développer encore.

Orkeis a ouvert un espace de réalité virtuelle à destination de ses clients.
Orkeis a ouvert un show-room pour montrer à ses clients les possibilités offertes par la réalité virtuelle dans le domaine de la configuration. — Photo : Olivier Hamard JDE

Si elle a commencé l’année 2019 avec une nouvelle identité visuelle, Orkeis avait déjà terminé la précédente sur les chapeaux de roues. La société de conseil et de création de solutions numériques basée près d'Angers, à Beaucouzé, avec des agences à Nantes, la Roche-sur-Yon et Rennes, a vu en deux ans son effectif grimper de 45 à plus de 70 salariés. Son chiffre d’affaires a suivi le mouvement, passé de près de 3 millions d’euros en 2017 à 4 millions en 2018. À sa clientèle initiale, celle de l’industrie du bâtiment ou de l’équipement de la maison, représentant toujours une grande part de son activité, Orkeis s’est peu à peu ouvert à d’autres secteurs, comme le machinisme agricole, les transports ou l’agroalimentaire. « Nous vendons des solutions informatiques uniques dont le client est le propriétaire, explique Alexis Finocchiaro, le directeur général d’Orkeis. Cela peut être utilisé en interne, pour la gestion des rolls en horticulture par exemple, ou en externe avec des outils d’aide à la vente comme la configuration. »

Nouveau siège, nouveau départ

Orkeis s’est fait une spécialité de l'ultra-personnalisation des produits avec la configuration: l’entreprise fournit les outils qui permettront au fabricant ou distributeur de présenter, sur son site internet ou dans son point de vente, les gammes de produits que l'utilisateur final pourra configurer à sa guise. « Nous réalisons la vitrine, nos clients installent les mannequins dans le magasin et les habillent. Pour mieux cerner leurs attentes, nous avons intégré des spécialistes de la menuiserie que nous avons formés à l’informatique, précise Alexis Finocchiaro. Nous avons donc à la fois des gens issus de cursus informatiques et du bâtiment »

L’intelligence artificielle, axe de développement

Dans le nouveau siège qu’elle a investi en 2017, Orkeis a installé un espace de réalité virtuelle pour ses clients, où l’on peut se déplacer dans une maison et configurer les éléments en fonction de leur texture et de leur coloris.

Pour Alexis Finocchiaro, l'intelligence artificielle est l'un des axes de développement d'Orkeis dans les prochaines années.
Pour Alexis Finocchiaro, l'intelligence artificielle est l'un des axes de développement d'Orkeis dans les prochaines années. - Photo : Olivier Hamard JDE

L’entreprise a aussi ouvert l’automne dernier un config’center, centre de compétences dédié exclusivement à la configuration, avec des conseils, des outils, la mise à disposition d’experts et des formations, dont la première promotion a été accueillie en octobre. « Il nous faut être à l’affût des nouveaux usages, ajoute Alexis Finocchiaro. Nous travaillons déjà aujourd’hui sur la collecte de données et nous irons de plus en plus vers l’intelligence artificielle. Ces évolutions technologiques permettront demain à nos clients de produire encore mieux et de manière encore plus rationnelle. C’est l’un de nos axes de développement et nous avons une belle marge de progression. »
Orkeis qui a intégré la coopérative Angers French Tech et noue des relations avec les écoles supérieures locales, veut aujourd’hui compter parmi les ambassadeurs de la dynamique locale. L’entreprise, qui a emprunté au grec ancien son nom signifiant « chef d’orchestre », compte jouer sa partition en intégrant aussi de nouveaux instrumentistes, recrutant toujours de nouveaux talents.

Orkeis a ouvert un espace de réalité virtuelle à destination de ses clients.
Orkeis a ouvert un show-room pour montrer à ses clients les possibilités offertes par la réalité virtuelle dans le domaine de la configuration. — Photo : Olivier Hamard JDE