Maine-et-Loire

Industrie

Podcast Guillaume de Gourmont (Atelier Vié) : " Nous avons toutes les compétences en Anjou "

Par Olivier Hamard, le 04 juin 2020

Dès l’annonce du confinement, Guillaume de Gourmont, le dirigeant de l’entreprise de Saint-Barthélemy d’Anjou Atelier Vié, spécialisée dans la transformation de matière plastique, a réorienté sa production vers la fabrication d’écrans de protection pour les lieux accueillant du public. Il a rencontré beaucoup de personnes pendant le confinement et veut voir dans la richesse du tissu local des raisons d’espérer.

Guillaume de Gourmont - Atelier Vié (49)
Guillaume de Gourmont a repris l'entreprise Atelier Vié au printemps 2019 à Saint-Barthélemy d'Anjou. — Photo : RCF Anjou

Au soir du 16 mars, Guillaume de Gourmont a ressenti une vive inquiétude. Moins d’un an après la reprise d’Atelier Vié, le dirigeant allait devoir fermer l’entreprise, pour une durée indéterminée. « Quelques jours avant les élections, j’avais déjà proposé des vitres de protection à des mairies pour assurer la sécurité des assesseurs aux élections municipales. Je l’ai fait aussi auprès d’un pharmacien qui m’a passé commande, puis plusieurs de ses confrères ont fait de même. » Le dirigeant a travaillé au départ avec un des huit salariés de l’entreprise, puis très vite a fait revenir l’effectif, devant l’afflux de commandes. Commerçants, grandes surfaces, cabinets médicaux, lieux publics… À celle de vitres de protection sur mesure, s’est ajoutée ensuite la fabrication de visières. Pendant toute la crise, l’entreprise ainsi pu conserver une activité. « Il nous restait quelques commandes en cours que nous avons honoré puis nous avons bascul

é vers cette activité, et nous n’avons pas cessé de produire jusqu’au déconfinement. »

Solidarité et compétences locales

Depuis l’entame de ce déconfinement, Atelier Vié a repris une activité plus classique, même si subsistent encore des demandes de vitres de protection. Les commandes en effet reviennent peu à peu depuis la mi-mai, avec la reprise des clients traditionnels de l’entreprise. Si la PME de Saint-Barthélemy d’Anjou a su conserver un rythme pendant ses mois de crise, ce qui rassure son dirigeant sur l’avenir de son entreprise. « Il faut être confiant mais rester prudent, dit-il. Aujourd’hui, on vit encore un peu au jour le jour. On ne sait pas de quoi demain sera fait, la crise n’est pas terminée et le virus est toujours là. » Guillaume de Gourmont veut voir aussi, à travers les nombreuses rencontres qu’il a pu faire durant toute cette période, des raisons d’espérer : « J’ai vu beaucoup d’élan de générosité de la part des entreprises et des individus, et j’espère que cette solidarité va se poursuivre. Sur le plan économique, nous avons aussi en Anjou toutes les compétences avec des gens qui travaillent très bien. Il n’est peut-être pas la peine de traverser la moitié du globe pour aller chercher un produit. »

En revanche, reste actuellement un problème pour le dirigeant : les matières plastiques transparentes que son entreprise utilise sont très demandées et il est de plus en plus difficile de s’en procurer chez les fournisseurs. Et surtout, les prix flambent : ils ont augmenté de 30 à 40 % depuis le mois de mars.

Retrouvez l’interview de Guillaume de Gourmont, dirigeant de l’entreprise Atelier Vié, à Saint-Barthélemy d'Anjou, dans l’émission « Le Journal des Entreprises », sur RCF :

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail