Mayenne

Ressources humaines

Facilitateur de recrutement, JobPass démarre sa commercialisation après avoir levé un million d’euros

Par Rémi Hagel, le 24 novembre 2022

La start-up lavalloise JobPass développe un outil numérique permettant aux chercheurs d’emploi de candidater rapidement, et aux entreprises, petites ou grandes, de faciliter les opérations de recrutement. Créé en 2021, JobPass démarre la commercialisation de son produit, après avoir levé un million d’euros et recruté 22 collaborateurs.

Les deux fondateurs de Jobpass, Pierre-Yves Tual et Paul Lefizelier, ont eu l’idée de créer leur start-up pendant les périodes de confinement.
Les deux fondateurs de Jobpass, Pierre-Yves Tual et Paul Lefizelier, ont eu l’idée de créer leur start-up pendant les périodes de confinement. — Photo : JobPass

JobPass se donne pour mission de fluidifier le recrutement, à grande échelle. Ses deux créateurs, Paul Lefizelier et Pierre-Yves Tual (fils de Samuel Tual, patron du groupe de recrutement Actual et du Medef Pays de la Loire), sont partis du constat que de nombreux chercheurs d’emploi sont dépassés par les démarches de candidature, tandis qu’en face les recruteurs peinent à embaucher. Créée en juillet 2021 par ces deux amis d’enfance, l’entreprise a développé un outil numérique simple, pour les candidats et pour les entreprises.

Une levée de fonds de plusieurs millions d'euros en 2023

Les deux fondateurs de 25 ans voient grand. "Nous avons l’ambition d’être partout en Europe dans dix ans", assure Paul Lefizelier. Un test grandeur nature a été réalisé avec succès pour le recrutement de saisonniers sur la côte bretonne cet été. L’offre commerciale démarre son déploiement depuis ce mois de novembre. Pour cela, JobPass a réalisé une levée de fonds d’un million d’euros en juillet 2022, auprès de sept business angels. Déjà forte de 11 collaborateurs, la start-up a pu passer à 22. Le siège de l’entreprise se trouve à Laval et une quinzaine d’entre eux travaillent à Paris. Trois personnes vont rejoindre l’équipe sous peu, et trois autres devraient suivre en 2023.

Prochaine étape du déploiement : une levée de fonds de plusieurs millions d’euros prévue à la fin du premier trimestre 2023. Cette somme permettra de poursuivre le déploiement en France en recrutant des commerciaux, et de développer de nouvelles fonctionnalités à l’outil.

Dans un premier temps, le déploiement se réalise par zones géographiques : Mayenne, Maine-et-Loire, Ille-et-Vilaine pour commencer, puis la Loire-Atlantique. Dans un deuxième temps sera élaborée une approche par filières, s’appuyant notamment sur les liens entre les écoles d’ingénieurs et les entreprises.

Un fonctionnement accessible à tous

JobPass est d'abord une appli sur le web, sur laquelle le demandeur d’emploi se crée un compte. "Il contient le CV mais aussi tout autre document nécessaire à l’embauche : lettre de recommandation, justificatif de domicile, permis, etc., pour que la personne ait tout sous la main", décrit Paul Lefizelier. En face, un récepteur de candidatures est installé chez l’entreprise qui recrute. Un bouton, en ligne, positionné sous chaque offre d’emploi. Il se présente aussi sous forme de sticker avec un QR-code, qui peut être apposé physiquement sur des vitrines. Le demandeur d’emploi peut le scanner en passant dans la rue.

L’offre de JobPass s’adresse aussi bien aux grands comptes qu’aux TPE- PME et aux professionnels de l’emploi. Elle se veut accessible : gratuite pour les demandeurs d’emploi, gratuite pour les entreprises jusqu’à 20 candidatures par mois, puis 0,5 euro par candidature supplémentaire (et/ou 19 euros par établissement supplémentaire). "Nous simplifions le process de recrutement, nous allons constituer une base de données gigantesque, et le service coûte moins cher que d’autres propositions type Linkedin", argumentent les entrepreneurs.

Ils comptent faire croître leur activité grâce aux volumes, s'appuyant sur la statistique selon laquelle une offre engendre 18 candidatures en moyenne, et qu’en France étaient envisagées 3 millions d’intentions de recrutement en 2022.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition