Mayenne

Agroalimentaire

En forte croissance, le concepteur d’appareils à brochettes System B s’agrandit à nouveau

Par Rémi Hagel, le 20 janvier 2023

Le concepteur d’appareils à brochettes et à saucisses System B fait construire une extension pour répondre à la forte croissance de son activité. La dynamique est portée par une stratégie de diversification. La société mayennaise vise un développement international.

Jérémy Beucher, dirigeant cofondateur, de System B, devant ses machines My Broch'. Au fond, la machine à saucisses Wheelinker.
Jérémy Beucher, dirigeant cofondateur, de System B, devant ses machines My Broch'. Au fond, la machine à saucisses Wheelinker. — Photo : Rémi Hagel

À Changé, près de Laval, System B conçoit et distribue des appareils destinés aux bouchers-charcutiers, afin qu’ils réalisent des brochettes et des saucisses en grand nombre. Créée en 2015, l’entreprise a dégagé un chiffre d’affaires de 6,5 millions d’euros en 2022 avec 18 salariés, en croissance annuelle de 30 % (5 millions d’euros en 2021). Ayant fait construire des locaux neufs de 550 m2 en septembre 2021, la PME est déjà trop à l’étroit et a entamé début janvier les travaux d’une extension de 860 m2 sur 10 mètres de haut destinée au stockage de palettes d’épices et de condiments, pour l’une de ses nouvelles activités. L’investissement s’élève à 2,5 millions d’euros.

Trio familial

À l’origine de l’entreprise, un trio familial aux compétences complémentaires. Jérémy Beucher exerçait dans la R & D mécanique, son cousin Charly sortait d’une école de commerce et le père de ce dernier, Bertrand, a effectué sa carrière dans la boucherie et l’agroalimentaire. Celui-ci avait ciblé un besoin particulier : la difficulté pour les charcutiers à fabriquer des saucisses en quantité rapidement. "Soit les saucisses étaient faites à la main, soit par des outils industriels, mais il n’existait rien entre les deux", explique Jérémy Beucher. Les trois associés ont inventé une machine : le Wheelinker. Des années de développement dans un garage, aboutissant à un prototype en 2015 et sa commercialisation en 2016.

L’appareil est simple, mécanique, fait pour durer. Les entrepreneurs adoptent un business model précis : ils prêtent la machine. En échange, le client s’engage à leur acheter en exclusivité les boyaux naturels utilisés pour les saucisses. Cette offre fonctionne. La société a depuis écoulé plus de mille Wheelinker. Deux tiers sont en prêt. Un tiers a finalement été acquis par les clients, dont les principales chaînes de grande distribution (Auchan, Carrefour, Cora, etc.).

Poursuivant son filon, System B lance un appareil qui facilite la réalisation de brochettes, en mars 2020. Suit en 2021 une version semi-automatique. "Le Covid nous a aidés, les gens n’ont pas arrêté de consommer. Nous avons écoulé 100 machines dès la première année. Nous en sommes à 600 aujourd’hui", décrit le dirigeant.

Les appareils à brochettes My Broch', manuels et semi-automatiques. Au fond, la machine à saucisses Wheelinker.
Les appareils à brochettes My Broch', manuels et semi-automatiques. Au fond, la machine à saucisses Wheelinker. - Photo : Rémi Hagel

Après avoir assuré seul le montage des 150 premières machines (dont les pièces étaient sous-traitées), Jérémy Beucher passe la main à partir de 2018 grâce à un partenariat avec l’entreprise voisine Grandpré Usinage (9 salariés). Celle-ci fabrique désormais 100 % des machines.

Les épices, une recette gagnante

Fin 2020, System B se diversifie en proposant les épices et marinades pour les brochettes. Cette activité décolle rapidement jusqu’à représenter un tiers du chiffre d’affaires. "La cible reste nos clients actuels." La fin 2022 voit sortir trois innovations. Clic est un kit pour fabriquer des kebabs individuels à rôtir. "Nous sommes les seuls à proposer cela". Surfant sur le retour du fait maison, la PME embraye avec Ipli, pour confectionner des cordons-bleus. Elle vient d’ajouter une offre : des pots de marinades vendus par les bouchers pour leurs clients consommateurs finaux, une cible nouvelle.

E-commerce et international

Depuis octobre 2022, la société a mis en ligne son site d’e-commerce, à la fois pour faciliter les commandes de ses clients professionnels (B to B), mais aussi pour toucher le grand public (B to C), avec ses moyens limités. "Huit personnes composent notre équipe commerciale. Face à nous, nous avons des mastodontes", voit Jérémy Beucher. Cela ne prive pas ces entrepreneurs d’ambitions. Par exemple celle de développer l’international. En 2019, System B a trouvé un distributeur en Belgique, puis un au Canada en 2021 et récemment en Espagne. Des tractations sont en cours pour l’Italie. Des demandes entrantes ont permis de fournir des clients en Grèce, en Corée du Sud, et jusqu’en Australie. "La part de marché est encore petite, mais l’export représente pour nous une stratégie pour les années futures".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition