Biens de consommation

Gaïatrend crée une filiale aux États-Unis

Par I.S., le 11 mai 2016

Gaïatrend, fabricant d'e-liquides à Rohrbach-lès-Bitche, souhaite se développer à l'export. Les marchés visés sont l'Europe, mais également les États-Unis avec la création d'une filiale et la Chine, où un partenariat vient d'être signé avec un distributeur.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

« Nous développer à l'étranger est une évidence aujourd'hui étant donné le potentiel que cela représente. » Olivier Martzel, co-gérant avec son père Didier et son frère Xavier de la société Gaïatrend à Rohrbach-lès-Bitche en Moselle (CA 2014 : 45 M€, effectif : 130) revendique actuellement détenir plus de 50 % du marché français des liquides pour cigarettes électroniques, avec sa marque Alfaliquid. Avec 250.000 flacons produits tous les jours dans leurs locaux de 7.000 m², « nous avons une capacité de production de 8 millions par mois, nous ne sommes pas en sous-production, nous avons prévu le futur », confirme Olivier Martzel. 

Et l'avenir, c'est désormais le développement à l'international, qui représente actuellement environ 10 % du CA de la PME familiale. « C'est une activité qui démarre. Nous avons mis en place une équipe de trois personnes dédiée à l'export, nous multiplions notre présence sur les salons. Mi-avril nous étions à Shenzhen en Chine, notre déplacement s'est décidé deux semaines avant. Nous avons rencontré un importateur officiel, avec lequel nous avons signé un partenariat afin qu'il s'occupe de la distribution de nos produits en Chine. Nous visons les mégalopoles du pays. Nous avons identifié environ 600 boutiques de cigarettes électroniques sur l'ensemble du territoire chinois, le secteur n'en est qu'à son lancement, cette opportunité de pouvoir nous associer à un distributeur présent sur place est une occasion que nous ne pouvions pas laisser passer », ajoute Olivier Martzel. « Nous souhaitons placer nos produits d'ici le dernier semestre 2016. »

Une distribution des e-liquides avant la fin de l'année
Pour l'instant, « la distribution en Chine va s'effectuer de la sorte, mais il n'est pas improbable que nous créions ensuite une filiale dans le pays comme nous venons de le faire aux États-Unis. » 

Gaïatrend a en effet annoncé le 11 avril son arrivée Outre-Atlantique, avec la nomination d'Arnaud Dumas de Rauly en tant que président de Gaïatrend USA, à New York, qui aura la charge de ce développement. Il est l'ancien président de la FIVAPE, l'association professionnelle de la Vape. « Nous introduisons quinze saveurs. Les premiers échantillons sont partis aux États-Unis pour pouvoir logiquement démarrer une activité à la rentrée, en septembre. La réglementation sera différente mais ce sont des choses que l'on maîtrise parfaitement aujourd'hui », poursuit Olivier Martzel. La société de Rohrbach-lès-Bitche va également se développer sur le Vieux Continent « les pays limitrophes, mais aussi l'Europe de l'Est. Nous possédons une agence commerciale en Roumanie. »

Une nouvelle réglementation européenne
Gaïatrend ne souhaite pas communiquer d'objectifs précis en ce qui concerne l'export. « Il s'agit d'une activité qui démarre et que l'on va vraiment suivre de très près. Nous pourrons nous prononcer fin 2016-début 2017, lorsque nous y verrons plus clair. » Car le fabricant d'e-liquides doit faire face à une nouvelle réglementation européenne, mise en application le 20 mai, tous les produits devront être conformes au 20 novembre. « Il s'agit notamment de limiter la publicité des e-cigarettes, plafonner la contenance des flacons, etc. » Les fabricants et les pays ont donc six mois pour s'adapter, « c'est pourquoi nous allons attendre de voir comment chaque État européen va réagir avant de réellement investir leurs marchés. Pour notre entreprise cela ne change rien à notre production, c'est juste une lourdeur administrative de plus. » Si l'export continue de croître « nous renforcerons forcément ce département. S'il y a un commercial par pays, en Angleterre, en Allemagne, en Belgique, etc. L'équipe peut très facilement atteindre une dizaine de personnes. »

Une e-cigarette Made in France produite avant fin 2016
Les dirigeants de Gaïatrend n'en oublient pas la France, « où il y a actuellement 14 millions de fumeurs, le pays compte environ entre 1,5 million et 3 millions de vapoteurs au quotidien, il y a donc encore un potentiel énorme de développement dans l'Hexagone, notre activité est en constante évolution. » Sans préciser le chiffre d'affaires pour 2015, « nous sommes en croissance de près de 20 % », dévoile toutefois Olivier Martzel, Gaïatrend prépare également son projet d'e-cigarettes fabriquée dans ses locaux d'Henriville, à quelques kilomètres de la maison mère. « Nous sommes en pleine phase d'échantillonnage, tests sur le terrain, et une fois que tous ces tests s'avéreront concluants on pourra démarrer la partie production. » L'entreprise mosellane espère pouvoir démarrer la production avant l'été.

Gaïatrend
(Rohrbach-lès-Bitche - 57) Co-gérant : Olivier Martzel CA 2014 : 45 M€ Effectif : 130 personnes www.gaiatrend.fr

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail