Moselle

Transport-logistique

Investissement immobilier

Catella Logistic Europe va développer un parc logistique à Ennery

Par Jean-François Michel, le 22 novembre 2023

Le promoteur immobilier spécialisé dans la logistique Catella Logistic Europe vient de démarrer la construction de deux bâtiments, pour un total de 45 000 mètres carrés, sur la zone Eurotransit à Ennery, à proximité de Metz.

Le parc logistique "Metz Eurolog" prévoit deux bâtiments, pour un total de 45 000 m2.
Le parc logistique "Metz Eurolog" prévoit deux bâtiments, pour un total de 45 000 m2. — Photo : Catella Logistic Europe

Pas de première pierre, mais un premier arbre pour lancer officiellement le chantier du futur parc logistique Metz Eurolog, porté par Catella Logistic Europe, filiale du groupe suédois Catella, à Ennery, en Moselle. En 2022, les ventes de Catella, opérant dans la finance et l’immobilier, ont atteint les 230 millions d’euros, avec plus de 14 milliards d’actifs sous gestion et plus de 110 millions d’euros de projets d’investissements. Les 500 employés du groupe travaillent dans 12 pays, essentiellement au nord de l’Europe, et la filiale Catella Logistic Europe concentre désormais ses efforts sur trois pays : la France, l’Espagne et l’Allemagne, avec pour objectif de développer des bâtiments logistiques clés en main pour le compte de tiers.

Une stratégie illustrée par le futur parc logistique installé à quelques kilomètres de Metz, sur la zone Eurotransit d’Ennery. Le promoteur va mobiliser 40 millions d’euros pour y développer deux bâtiments, totalisant 45 000 m2 dédiés à la logistique. Le premier, une messagerie d’une surface de 6 500 m2, est déjà loué au logisticien Kuehne + Nagel. La livraison est programmée pour le premier trimestre 2024. Le deuxième bâtiment, une plateforme logistique de 38 500 m2 divisible, sera disponible à la location au quatrième trimestre 2024.

Ancienne emprise industrielle

Construit sur une ancienne emprise industrielle exploitée par Stellantis, vendue en 2019 à la collectivité Rives de Moselle pour 4 millions d’euros, grâce au portage financier de l’EPFL Grand Est, ce parc s’inscrit dans la stratégie de Catella : "Reconstruire la ville sur la ville nous permettra de répondre à l’objectif ambitieux de zéro artificialisation nette du territoire, tout en continuant à proposer des outils performants et adaptés aux besoins actuels et futurs de nos clients, industriels, prestataires logistiques ou transporteurs", indique Christophe Ramos, directeur des opérations de Catella Logistic Europe.

Bien desservie par le réseau routier, connectée à l’Allemagne, à la Belgique et au Luxembourg, la plateforme doit "répondre aux besoins en évolution constante de la supply chain et ce, quel que soit le secteur d’activité et le produit considéré", précise Christophe Ramos. En France, le promoteur a fait ses premières armes à l’écart des grands corridors logistiques européens, en développant des opérations pour des distributeurs de produits textiles ou des e-commerçants, dans des villes telles que Troyes, sur 20 000 m2 ou encore Cholet, avec 19 000 m2. Puis des opérations plus conséquentes ont été lancées, comme 50 000 m² d'entrepôt près d’Orléans, 70 000 m² sur deux bâtiments à Romorantin dans le Loir-et-Cher, ou encore 137 500 m² à Tours.

Minimiser l'empreinte carbone

Autre priorité pour le groupe Catella, la qualité environnementale de ses opérations : "Minimiser l’empreinte carbone et plus largement l’impact environnemental de nos sites est une de nos priorités", insiste le directeur des opérations de Catella Logistic Europe. À Ennery, le parc logistique vise l’obtention du niveau "Excellent" de la certification internationale Breeam, qui récompense la performance des projets selon une grille comprenant une dizaine de thématiques : énergie, santé, transports, eau, matériaux, déchets ou encore biodiversité. Outre l’installation de panneaux photovoltaïques qui doivent faire de ce site un "producteur d’énergie renouvelable", le groupe prévoit de recycler "les matériaux issus de la déconstruction", afin de les réutiliser "majoritairement sur site et dans des filières spécialisées, de manière à limiter la consommation de ressources primaires", détaille Christophe Ramos. "Nous souhaitons que nos opérations s’inscrivent positivement et durablement dans les territoires, en cohérence avec les engagements RSE du Groupe Catella et la taxonomie européenne".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition