Loire-Atlantique

BTP

Comment les tensions sur le bois pèsent sur l'activité de la PME Atelier Isac

Par Cyril Raineau, le 18 juin 2021

Hausse continue et imprévisible des prix, délais de livraison aléatoires : les tensions actuelles sur les matières premières percutent l’activité des entreprises. Illustration avec la PME de Nort-sur-Erdre Atelier Isac, spécialiste de la construction et de la rénovation de bâtiment, affectée par la forte demande mondiale sur le bois.

Atelier Isac fait face aux tensions sur l’approvisionnement en bois et la hausse des prix.
Atelier Isac fait face aux tensions sur l’approvisionnement en bois et la hausse des prix. — Photo : Cyril Raineau-JDE

Un chiffre d’affaires de 3,7 millions d’euros en 2020 qui devrait progresser à 4,5 millions d’euros en 2021, un carnet de commandes rempli à horizon un an. Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes pour la PME de 40 salariés l’Atelier Isac (siège social à Nort-sur-Erdre en Loire-Atlantique), spécialiste de la construction et de la rénovation de bâtiment à ossature bois. Et pourtant.

Les tensions sur le marché des matières premières déséquilibrent ses charges comme son organisation. Un sujet de préoccupation, d’inquiétude même, sur lequel le dirigeant et propriétaire de l’entreprise Michel Brochu a alerté le député Luc Gesmar, en visite dans l’entreprise vendredi 18 juin. Frédéric Brangeon, président de l’U2P (Union des entreprises de proximité) Loire-Atlantique, également de la visite, a aussi relayé cette problématique de l’approvisionnement en matière première qui touche au cœur l’activité des TPE et PME.

De la désorganisation et des charges supplémentaires

"Les problèmes se conjuguent, se situant sur les prix et les délais de fourniture", résume Michel Brochu qui se souvient que les premiers effets sont apparus en mars et qui constate que plus les semaines passent, "plus la situation se complique." Si la production de bois coupé est toujours aussi forte en France (Atelier Isac s’approvisionne à 95 % de bois hexagonaux), "les acheteurs ont changé, constate-t-il, les Américains, portés par leur plan de relance, acquièrent désormais du bois français, ce qu’ils ne faisaient pas auparavant. Les Chinois aussi en achètent énormément et à des prix élevés." La loi de l’offre et de la demande joue en défaveur de la TPE ligérienne, impuissante à son échelle pour peser.

" Des entreprises vont disparaître "

Conséquence, "nous subissons." Déjà concernant les délais. "Si je passe une commande aujourd’hui à mon fournisseur, pour du bois de charpente par exemple, j’ignore quand je serai livré". Sur le prix ensuite. "En moyenne entre janvier et juin, nous sommes aux alentours de 100 % d’augmentation. Sur certains panneaux, la hausse est allée jusqu’à 300 %. Comme la demande est en forte augmentation, les fournisseurs n’hésitent pas à les faire grimper. Je n’ai jamais connu une telle situation".

Michel Brochu, gérant d’Atelier Isac.
Michel Brochu, gérant d’Atelier Isac. - Photo : Cyril Raineau

Autre effet sur les prix, leur fluctuation. "Ils évoluent sans cesse, je peux faire un devis et le jour d’après, le bois peut augmenter de 10 %". Par ricochet, les relations commerciales se tendent, les clients se crispent, les architectes également pour certains marchés. Puis, une désorganisation s’installe au sein de l’entreprise, faute de connaître les délais de livraison, entraînant stress et perte de temps. Surtout, des charges supplémentaires s’accumulent. "À ce jour, si je ne renégocie pas, j’ai chiffré le surcoût à 200 000 €", remarque Michel Brochu. Soit autant de résultat en moins à la fin de l’année. " Investir, mais je n’ai aucune visibilité… Donc, c’est non, pour l’instant. ". Et de prédire : "Si la situation perdure dans nos métiers, des entreprises vont disparaître".

Atelier Isac intervient principalement dans un rayon de 30 km autour de son siège social de Nort-sur-Erdre. La PME fondée en 2000 répartit son activité à parts à peu près égales entre la conception et construction bois (maisons de particuliers, logements collectifs, bâtiments publics…) et la rénovation.

Atelier Isac fait face aux tensions sur l’approvisionnement en bois et la hausse des prix.
Atelier Isac fait face aux tensions sur l’approvisionnement en bois et la hausse des prix. — Photo : Cyril Raineau-JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail