Loire-Atlantique

Services

Astikoto vise 50 centres de lavage à l'horizon 2025

Par Caroline Scribe, le 03 décembre 2018

L'enseigne de lavage de véhicules a ouvert son onzième site en novembre à Beaupréau-en-Mauges, dans le Maine-et-Loire. Créée en 2010 au Cellier (Loire-Atlantique) par Jean-Noël Cornuaille, Astikoto poursuit son développement en franchise, avec pour objectif une cinquantaine de stations dans le Grand Ouest à l'horizon 2025.

Station de lavage de véhicule d'Astikoto
La société Astikoto développe dans l'Ouest un réseau de lavage écologique de véhicules. — Photo : Astikoto

Un tout nouveau centre de lavage de véhicules Astikoto a ouvert en novembre à Beaupréau-en-Mauges (Maine-et-Loire) pour un investissement de 410 000 euros. Et une ouverture supplémentaire est attendue à Ancenis début 2019. Avec ces deux nouvelles implantations, qui portent à 12 le nombre de ses franchisés, pour un chiffre d'affaires total de 1,6 M€, Astikoto franchit un cap.

Un réseau structuré

« Quand j'ai créé l'entreprise en 2010, je n'avais pas idée qu'elle allait se transformer en réseau. Depuis, Astikoto a généré la création de plus de 10 entreprises et de 17 emplois. La question s'est alors posée de poursuivre notre développement au rythme d'une à deux ouvertures par an ou de se structurer en vue d'un objectif plus ambitieux », raconte Jean-Noël Cornuaille, fondateur d'Astikoto et propriétaire de la station du Cellier. L'ancien mousse de la marine marchande et scaphandrier, reconverti dans le commerce, s'est donc donné les moyens d'aller plus vite et plus loin. Après la création de la franchise en 2013, est née la holding Astikoto Développement, en charge de l'extension du réseau, de son animation et de la communication. Astikoto a ensuite a levé 275 000 € auprès d'un investisseur privé régional en avril 2018. « Mon objectif est d'ouvrir 50 nouveaux centres de lavage à l'horizon 2025, avec une stratégie de développement en spirale autour de Nantes, pour mailler les départements de Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire et de la Vendée. Nous commençons également à avoir des projets en Ille-et-Vilaine », annonce Jean-Noël Cornuaille. 

Un modèle fondé sur l'écologie et le service

Pas question pour autant de renoncer à ce qui fait l'ADN de l'entreprise, à savoir l'écologie et le service. Astikoto utilise des produits de lavage à base végétale et biodégradables à 99%. La consommation d'eau est réduite de 30% par rapport aux systèmes traditionnels de lavage haute pression et de 60% par rapport à un lavage chez soi. Les boues hydrocarburées sont récupérées et retraitées. Une partie des installations sont équipées de panneaux photovoltaïques pour produire de l'électricité. « Nous nous sommes positionnés dès la création de l'entreprise sur une écologie pragmatique. Nous avons entamé une démarche RSE, dont l'un des aspects est la place accordée aux femmes. Elles constituent 40% du réseau et nous apportent une autre vision, du pragmatisme », avance le dirigeant.

L'autre pilier de l'entreprise est le service. Chaque station de lavage met à la disposition des clients, particuliers, professionnels et entreprises, un technicien pour la prise en charge du véhicule et un conseiller dans la boutique de produits d'entretien. « Nous ne mettons pas seulement des machines à la disposition de nos clients, nous vendons également du conseil, du service, de la relation humaine », précise Jean-Noël Cornuaille, qui estime que le marché du lavage automobile a de beaux jours devant lui, quand on sait qu'un automobiliste français lave sa voiture deux fois moins qu'un Allemand et trois fois moins qu'un Américain.

Station de lavage de véhicule d'Astikoto
La société Astikoto développe dans l'Ouest un réseau de lavage écologique de véhicules. — Photo : Astikoto