Rennes

Rennes : Pierre Berthou (French Tech) : « Ce petit plus que les autres n'ont pas »

Par Virginie Monvoisin, le 05 juin 2015

Rennes figure parmi les métropoles les plus dynamiques en terme de créativité. Elle est, depuis trente ans, axée technologie. Le point avec Pierre Berthou, président de la French Tech Rennes.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Berceau des nouvelles technologies, Rennes s'est beaucoup construite, depuis trente ans, autour de ces activités en fort développement. L'esprit d'entreprendre y est fort, avec l'année passée +19,46 % de création d'entreprises. Dans le numérique, la métropole emploie 17.000 personnes (dans plus de 1.159 entreprises, soit +192 % entre 2008 et 2012), avec un solde positif de +600 chaque année. La capitale bretonne avait pris de l'avance dans le numérique, et tire donc aujourd'hui encore son épingle du jeu sur ce marché. Elle atteint +3,57 % d'activités créatives en un an, juste derrière Nantes (+3,77 %) et Lyon (+3,69 %). Elle est très dynamique dans l'édition (3e rang), la production de films (4e position des métropoles) et les jeux et logiciels (5e rang). Elle l'est beaucoup moins dans des secteurs plus traditionnels comme la création de maroquinerie, bijoux ou instruments de musique...

Relier technologies et usages
Avec l'obtention de son label French Tech, Rennes vise encore mieux. « L'un des atouts de Rennes est son histoire technologique. Il faut maintenant réussir à faire le pont entre les technologies et les usages, considère Pierre Berthou, président de la French Tech Rennes et DG de FuturSkill Digital (qu'il a créée il y a treize ans à Rennes, et aujourd'hui filiale de Manpower). Si on y arrive, on aura quelque chose que les autres métropoles n'ont pas ». Pour faire foisonner les usages, la French Tech Rennes veut travailler sur la transformation digitale, en facilitant la mise en lien des PME et grosses entreprises du territoire avec celles qui innovent dans le numérique. Rennes a déjà testé l'accompagnement des startups via la Cantine numérique et son Booster, qui identifie rapidement les projets à potentiel. « L'idée est aussi d'être un accélérateur de développement des entreprises du numérique, et les aider à aller rapidement à l'international, ajoute Pierre Berthou. À Rennes, on a cette culture bretonne de la discrétion, c'est bien. Mais il faut aussi être conquérant ! »

Étudiants : vivier de créateurs
Rennes peut s'appuyer pour cela sur les structures qui existent comme Rennes Atalante, le Pôle Images & Réseaux, et plus récemment l'IRT bcom. « Le tissu académique et universitaire qui s'est beaucoup développé est aussi un vivier de créateurs, et un atout supplémentaire dans l'attractivité du territoire », constate le président de la French Tech. Pour lui, l'un des autres atouts de Rennes est son esprit associatif très développé, qui prouve « la volonté des Rennais de faire beaucoup de choses ». C'est aussi son attrait pour le spectacle vivant. La capitale bretonne se classe d'ailleurs première sur l'évolution du nombre d'établissements de création artistique et spectacles vivants. « C'est ce qui va nous différencier à l'avenir, c'est le petit plus qui fait la différence », estime Pierre Berthou. Mais encore faut-il faire savoir où on est bon. « Nous avons un déficit d'image et de communication par rapport à certaines villes, regrette le président de la French Tech. Sans vouloir aller à la concurrence avec les autres métropoles, il faut se rendre visible par l'extérieur, et faire des efforts pour mettre en valeur le savoir-faire rennais ».

> A télécharger également : Le numéro spécial Métropoles du Journal des entreprises "Ces territoires où il fait bon entreprendre"

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition