Rennes

Industrie

Ille-et-Vilaine : Danjou Peinture : 60 ans et pas une écaille

Par Géry Bertrande, le 10 juin 2015

À Chartres-de-Bretagne, aux portes de Rennes, la PME familiale célèbre ce mois-ci son anniversaire marquant une croissance continue depuis 1955. La troisième génération est déjà en marche pour réaliser un chiffre d'affaires historique de 3,5 M€ cette année.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

« Notre entreprise a toujours fonctionné par binôme. » Thierry Danjou, actuel dirigeant de Danjou Peinture, travaille en effet depuis 1991 avec son bras droit Christian Jubin. Auparavant, ses parents Gilbert et Denise Danjou étaient aux commandes, à l'origine de la société fondée un mois après leur mariage, jour de la fête du Travail, le 1er mai 1955. Tout un symbole !

Trois générations actives
Et la relève est déjà assurée avec les petits-enfants de ces derniers : Guillaume et Romain, respectivement âgés de 26 et 33 ans, tous deux chargés d'affaires et arrivés dans la société en 2014 pour le premier et deux ans plus tôt pour son aîné. « Ce travail en binôme nous permet d'être forts à tout moment, toujours solides ! », s'enthousiasme Thierry Danjou. À 58 ans, il se donne encore quelques années pour passer totalement la main de cette affaire de famille à succès. Mais il ne fera jamais de fête de départ. Il préfère célébrer les anniversaires, comme il le fera ce 18 juin, en hommage à ses parents. Dans les années 1990, l'entreprise de peinture employait une vingtaine de salariés. Ils sont deux fois plus nombreux à ce jour et l'activité s'est étoffée, bien loin de la petite droguerie d'origine créée à Bais, dans le pays de Vitré, avant son transfert à Chartres-de-Bretagne en 1960. « Notre entreprise, c'est un peu l'histoire de cette ville... Nous avons bénéficié de l'essor de Citroën et de Chartres », rappelle Thierry Danjou dont l'enseigne jouit d'une solide réputation et d'une clientèle fidèle qui lui font traverser les crises.

Savoir-faire
Quatre activités composent sa palette : la peinture et la décoration d'intérieur pour 43 % du chiffre d'affaires, le traitement de façades (30 %), tous deux complétés par l'isolation thermique par l'extérieur (14 %) et les sols (13 %). « Nous avons acquis un vrai savoir-faire. »

Cap sur les 3,5 M€
Son business augmente prudemment d'année en année, uniquement par croissance interne. Danjou Peinture devrait réaliser 3,5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2015, contre trois millions l'an passé. « Il n'y aucune raison pour que l'on ne progresse pas encore ces vingt prochaines années », sourit le dirigeant d'un naturel optimiste. « Pourquoi être pessimiste ? Depuis 60 ans, nous avons toujours axé notre développement sur la qualité et les rapports humains », confie-t-il. Pourtant, cet autodidacte en a vu passer des difficultés et ce n'est pas fini ! « On nous parle de pénibilité du travail, mais comment l'appliquer quand on ne réalise que 2 % de résultat ? Qui nous aurait dit que notre métier était délocalisable ? », lance Thierry Danjou pointant du doigt la concurrence à sa porte de la main-d'oeuvre à bas coût venue des pays d'Europe de l'Est. « On ne peut plus répondre en terme de prix à la commande publique. »

En prison à Vezin avec Félor
Danjou Peinture décroche pourtant parfois de belles commandes, comme actuellement pour la maison d'arrêt de Vezin-le-Coquet où la société utilise des peintures Algo (sans odeur pour des zones sensibles) de l'entreprise Félor, basée à Vern-sur-Seiche. Une boucle locale valorisée en quelque sorte. Mais les marchés publics restent marginaux dans son business, équilibré entre B to B (promoteurs, syndics...) et particuliers, sur l'Ille-et-Vilaine essentiellement.

Danjou Peinture
(Chartres-de-Bretagne) Directeur : Thierry Danjou 49 salariés CA 2014 : 3 M€ 02 99 41 21 26 www.danjou-peinture.fr

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition