Maine-et-Loire

Reprise

Maine-et-Loire : Un an après la reprise, Leleu-Burov renoue avec la croissance

Par la rédaction, le 02 mai 2016

En février 2015, le fabricant de meuble de Candé placé en liquidation judiciaire était repris par Alain Damais avec 70 de ses 121 salariés. Un peu plus d'un an après, le nouveau dirigeant, qui annonçait 2 M€ d'investissement lors de la reprise, voit de nouveau les ventes décoller et affiche désormais des ambitions à l'international. 17 personnes ont été recrutées.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Fondée en 1948 et spécialisée dans la fabrication de canapés et de fauteuils, Leleu-Burov était en difficulté depuis 2009. Placée en redressement puis en liquidation, l'entreprise avait été reprise en février 2015 par Alain Damais, ancien inspecteur des finances et ancien directeur adjoint du Medef national. «Mon intention est de moderniser le style et de renouveler les modèles de fauteuils et de canapés dans nos deux marques, dans le haut de gamme avec Burov et dans une gamme moyenne avec Leleu. Nous proposons des produits plus modernes qui répondent aux attentes de nos clients, notamment sur la marque Burov qui monte en gamme», annonce le nouveau dirigeant.

Un nouveau marché avec les hôtels Pullman

Depuis la reprise, Burov Leleu se concentre sur son développement pour relancer son activité : «Nous voulons reconquérir nos marchés historiques en France, en Belgique et en Suisse notamment. Mais nous misons aussi sur l’image de qualité et de luxe à la française pour conquérir de nouveaux marchés à l’export aux États-Unis, au Canada, en Asie et au Moyen-Orient». Pour Alain Damais, cette stratégie commence déjà à payer avec des ventes qui augmentent. «Nous attendons fin 2016 et la fin du premier exercice pour communiquer sur nos chiffres, mais cela s’annonce positif, indique-t-il. Notre marque Atelier Burov destinée au nautisme et à l’hôtellerie fonctionne très bien également et pèse désormais un tiers du chiffre d’affaires. Il est réalisé notamment avec le groupe Accor pour lequel nous fabriquons une partie du mobilier des hôtels Ibis, Mercure, et depuis cette année, Pullman». Sur le volet des particuliers, l’entreprise s’est lancée avec une agence dans une campagne de communication, dans des magazines de décoration comme Elle Déco ou AD, en s’appuyant par exemple sur ses rééditions de modèles Burov des années 50, dont le design revient à la mode. Une trentaine de magasins en plus proposent aujourd’hui la marque Burov, dont le Bon Marché : «Nos ventes sont également en très forte hausse, avec plus 50% sur certaines gammes».

17 recrutements depuis un an
L’entreprise possède à Candé 44.000 m² d’ateliers où les meubles sont fabriqués de A à Z, de la structure en bois, à la teinte, à la mousse et à la tapisserie, sans oublier les prototypes fabriqués par le bureau d’études. Alain Damais a investi depuis un an dans la modernisation du parc de machines. Côté employés, après avoir coupé drastiquement dans les effectifs au départ – le nombre de salariés passant de 121 à 70 –, l’entrepreneur a réembauché et Burov compte aujourd’hui 87 salariés. «Nous avons déjà augmenté l’effectif de 20% depuis la reprise».

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition