Santé

Interview Harmonie Mutuelle : "Nous allons favoriser financièrement les entreprises engagées dans la transition écologique"

Entretien avec Nathalie Vignier, directrice Harmonie Mutuelle Grand Est

Propos recueillis par Jean-François Michel - 26 juillet 2022

La complémentaire santé Harmonie Mutuelle vient de se doter d’une stratégie climat ambitieuse : d’ici à 2030, le groupe veut réduire de près de 50 % ses émissions de gaz à effet de serre. Pour y parvenir, elle veut entraîner dans son sillage ses entreprises partenaires et les favorisera financièrement avec un budget dédié de 500 000 euros.

Nathalie Vignier, directrice de la complémentaire santé Harmonie Mutuelle dans le Grand Est.
Nathalie Vignier, directrice de la complémentaire santé Harmonie Mutuelle dans le Grand Est. — Photo : Sylvain Beucherie

Quelles sont les raisons qui vous ont amenés à lancer une stratégie climat chez Harmonie Mutuelle (CA : 2,8 milliards d’euros ; 4 950 salariés ; 5 millions de bénéficiaires) et à vouloir réduire de 48,2 % vos émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici à 2030 ?

Il y a un lien très clair entre l’environnement et la santé. Selon l’OMS, à peu près un quart des maladies sont dues à des facteurs environnementaux sur lesquels on peut agir. Des maladies comme des zoonoses (passées de l'animal à l'homme, NDLR), des maladies liées à l’eau ou à la chaleur. Notre rôle, en tant que mutuelle, ce n’est pas simplement de faire du remboursement de soins, mais c’est bien de préserver le capital santé de l’ensemble de nos adhérents et clients. Deuxième point, Harmonie Mutuelle est la première mutuelle de France, c’est un groupe majeur et nous devons montrer la voie. On ne peut pas passer à côté de ces sujets-là quand on a un tel impact.

Le bilan carbone réalisé sur le scope 3 (émissions indirectes de GES), sur la base de votre activité en 2019, montre que 54 % de vos émissions viennent des soins remboursés. Comment pouvez-vous agir sur cette partie de votre bilan ?

Nous avons constitué un comité stratégique climat qui va proposer un certain nombre d’actions. Aujourd’hui, nous sommes au début du plan. Mais ce que nous avons en tête, c’est qu’il faut travailler avec nos parties prenantes, donc sensibiliser, embarquer avec nous dans ce combat, par exemple, des entreprises clientes. Nous avons un partenariat avec l’Ademe, qui fait que nous avons décidé de favoriser financièrement des entreprises qui vont s’engager dans la transition écologique, avec un budget dédié de 500 000 euros. Si une entreprise entame une démarche de réduction de ses impacts négatifs, nous, au niveau d’Harmonie Mutuelle, nous allons lui accorder des conditions préférentielles sur le plan financier par rapport à son contrat santé.

Très concrètement, c’est une manière de dire, si vous partagez notre combat, on vous accompagne pour suivre cette démarche à vos côtés. Autre exemple, dans le choix de nos fournisseurs ou dans le choix de ce que l’on va rembourser. Si on favorise, par exemple, le remboursement de lunettes qui vont avoir une empreinte écologique limitée, on agit sur ces 54 % de notre impact carbone.

"Nous allons renforcer nos investissements dans la promotion des territoires, la promotion de la santé et la transition écologique."

Le fonctionnement de votre entreprise pèse pour 8 % de vos émissions. Qu'allez-vous mettre en place ?

C’est une part assez faible de nos impacts, mais nous allons agir. Récemment, nous avons validé un nouvel accord d’intéressement pour 2022-2024 qui intègre une composante écologique. Nous disons aux collaborateurs que si nous arrivons à diminuer nos émissions de GES dès 2022, et donc à faire évoluer nos usages, ils seront intéressés financièrement à cette réussite. Cela passe par favoriser les déplacements doux, privilégier la visio plutôt que de faire un déplacement pour une réunion de deux heures, prendre le train plutôt que la voiture… La traduction de cette stratégie se concrétise pour l’ensemble des collaborateurs. Cela nous renvoie aussi à notre accord de télétravail, qui prévoit entre un et trois jours de télétravail par semaine. Nous allons donc réduire les trajets domicile travail et là aussi, on va influer favorablement sur l’empreinte carbone.

Votre portefeuille d’investissements pèse 38 % de votre bilan carbone. Quel changement allez-vous opérer pour en réduire l’empreinte ?

C’est un dossier qui est pris en main par la direction financière. Les grands leviers sont de réduire les investissements dans les entreprises qui ne correspondent pas à nos objectifs en termes de stratégie climat, de renforcer les investissements dans la promotion des territoires, la promotion de la santé et la transition écologique. C’est vraiment un chantier fondamental mené par la direction financière pour impacter fortement sur cette diminution de l’empreinte carbone. Ce travail a déjà été entamé il y a quelques années, c’est sans doute là où on attend les résultats les plus rapides.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition