CCI France : Un Bordelais, un Grenoblois ou un Nantais président ?

Par la rédaction, le 08 juillet 2016

Qui succédera à André Marcon à la tête de CCI France ? L’élection n’aura lieu que début 2017, mais déjà les candidats commencent à se positionner.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Elu président de CCI France en 2011, André Marcon ne se représentera pas à la tête de cet établissement public parisien de 150 salariés qui fédère l’ensemble des chambres de commerce et d’industrie de France. « Je ne sollicite pas un nouveau mandat. Il est temps de laisser la place à d’autres enthousiasmes et d’autres équipes », indique l’Auvergnat. 

Election en 2017
L’élection se déroule début 2017, quelques mois après le renouvellement des représentants des chambres consulaires locales, programmé à l’automne. Tous les présidents de CCI en France propulseront un des leurs à la tête de CCI France, l’heureux élu devant alors quitter son mandat local.  Alors, qui pour succéder, à André Marcon ? Trois noms circulent aujourd’hui.

Un Bordelais candidat
Pierre Goguet, actuel président de la CCI de Bordeaux, l’annonce au Journal des entreprises : « Je suis candidat à la présidence de CCI France. Je souhaite porter au niveau national ce que j’ai fait émerger à Bordeaux : un consensus Medef/CGPME et une coopération en bonne intelligence entre la Région, la Métropole et les CCI territoriales. Par ailleurs, je pense être capable d’apporter une expérience accumulée ces dernières années ».
Ancien président du Medef Gironde, Pierre Goguet est à la tête de la CCI de Bordeaux depuis 2010, et occupe une place au sein du comité directeur national de CCI France. Il est également président de l’association des CCI Métropolitaines, qui réunit quatorze CCI (1). Il devrait pouvoir compter sur le soutien de la plupart de ces présidents, mais aussi des représentants des petites CCI, dont André Garreta, président de la CCI de Bayonne – Pays basque, est l’un des chefs de file. 

Pierre Gattaz derrière un Grenoblois ?
Mais Pierre Goguet l’assure : il se présente « en position de challenger ». Son principal concurrent, Jean Vaylet, dispose d’un soutien de poids : Pierre Gattaz. Celui-ci devrait annoncer publiquement qu’il soutient personnellement le président de la CCI de Grenoble. Une déclaration qui n’engagera pas le Medef, mais qui pourrait peser fortement dans la balance si le syndicat patronal réalisait une primaire. Un concept décidemment très à la mode, que certains représentants patronaux souhaiteraient imposer pour la désignation de leur candidat à CCI France.

Un Grenoblois discret
Reste que pour l’instant, Jean Vaylet préfère rester discret : « Je ne suis pas candidat à ce jour. L'élection a lieu en 2017 et il y a avant cette date d'autres étapes comme les élections des CCI régionales. Aujourd'hui, j'ai déjà un certain nombre de responsabilités au sein de CCI France dans le domaine social, international que je souhaite dans le cadre de la prochaine mandature continuer à exercer, même si je ne sais pas encore à quel poste. »

Un Nantais réfléchit
Un troisième homme pourrait se glisser dans la course. Notamment Jean-François Gendron. Actuel président de la CCI de Nantes Saint-Nazaire et candidat à la présidence de la CCI des Pays de la Loire, le Nantais dit réfléchir à l’échelon supérieur. Aujourd’hui président de CCI International, le P-dg de Sotec Médical pourrait se présenter à l’élection de CCI France. Jean-François Gendron devrait annoncer sa décision d’ici à la fin de l’été.

(1) Bordeaux, Brest, Grand-Lille, Grenoble, Lyon, Marseille Provence, Montpellier, Nantes Saint-Nazaire, Nice Côte d’Azur, Paris Ile-de-France, Rennes, Seine Mer Normandie, Strasbourg & Bas-Rhin et Toulouse.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises