Bretagne

Banque

Crédit-Mutuel Arkéa : 96,4% des caisses votent pour l'autonomie

Par Jean-Marc Le Droff, le 24 octobre 2016

Les trois fédérations du Crédit Mutuel Arkéa (Bretagne, Massif Central et Sud-Ouest) se sont prononcées, à une très large majorité, en faveur du projet d'autonomie défendu par le groupe.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Appelées à se prononcer sur le projet de création d'un organe central propre au Crédit-Mutuel Arkéa, les caisses locales du groupe ont voté à 96,4% pour le "oui", sur 333 suffrages exprimés (98,6% en Bretagne, 80% dans le Massif-Central et 96,3% dans le Sud-Ouest). 

Un vote de confiance qui conforte la position de Jean-Pierre Denis, le président du Crédit Mutuel Arkéa et du Crédit Mutuel de Bretagne. « Le vote de nos Caisses locales – qui sont les seules propriétaires du groupe – conforte sans équivoque la position que nous défendons depuis des mois, à savoir la reconnaissance, par la voie législative, du statut d’organe central pour le Crédit Mutuel Arkéa d’une part et le CM11-CIC d’autre part», s'est-t-il félicité à l'issue du vote.

« Un vote historique» pour le «seul scénario réaliste »

Les caisses locales étaient par ailleurs invitées à se positionner pour que les missions de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel soient redéfinies afin qu’elle puisse, en tant qu’association, « promouvoir l’appellation Crédit Mutuel, assurer le développement de la branche professionnelle et défendre en toute neutralité les intérêts collectifs du Crédit Mutuel». Une proposition qui a remporté l'adhésion des administrateurs, « parce qu’il s’agit du seul scénario réaliste, insiste Jean-Pierre Denis, qui ajoute qu'il s'agit d'une issue «à la fois conforme aux exigences de la BCE, respectueuse des intérêts de tous, y compris ceux de la Confédération. La Confédération et les pouvoirs publics ne peuvent ignorer plus longtemps la détermination collective exprimée par les représentants du Crédit Mutuel Arkéa. Ce vote historique et fondateur fera réfléchir, je l’espère, les dirigeants de la Confédération pour qu’ils acceptent le dialogue sur une base constructive et ouverte ».

Le groupe bancaire rappelle enfin qu'avec un ratio de solvabilité de 15,3 % au 30 juin 2016, « le Crédit Mutuel Arkéa n’a aucune difficulté à respecter l’exigence de fonds propres renforcée que lui applique la BCE depuis 2015, qui considère depuis cette date l’hypothèse d’une séparation avec la CNCM, non seulement possible, mais parfaitement probable ».

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition