Agriculture

Bio 3G a réussi son mariage avec Eléphant Vert

Par Julien Uguet, le 13 novembre 2019

En octobre 2018, Bio 3G à Merdrignac a rejoint le groupe Éléphant Vert. Pour son fondateur Marc Guillermou, toujours aux commandes, la stratégie était d’assurer l’avenir d’une des PME les plus prometteuses sur le marché de l’agroécologie et des biostimulants.

Sébastien Couesnet, PDG du groupe Elephant Vert, et Marc Guillermou, fondateur de Bio 3G à Merdrignac, partagent des visions identiques sur le développement de l'agroécologie et des biostimulants.
Sébastien Couesnet, PDG du groupe Eléphant Vert, et Marc Guillermou, fondateur de Bio 3G à Merdrignac, partagent des visions identiques sur le développement de l'agroécologie et des biostimulants. — Photo : @DR

Une opportunité philosophique plus qu’un enjeu financier. Voilà comment Marc Guillermou, PDG de Bio 3G à Merdrignac, entend résumer la cession de 51 % de son « bébé » au groupe Éléphant Vert (900 salariés, 80 M€ de CA), dirigé par Sébastien Couasnet, en octobre 2018. « J’ai été approché par cette entreprise, détenue fondation suisse Antenna Technologie, en 2017. Après avoir acquis le groupe Or Brun, spécialisé dans la fabrication de terreau premium à Saint-Jean-de-Monts, et Xurian Environnement, positionnée sur le créneau des micro-organismes d’intérêt agricole à Béziers, l’entreprise recherchait une structure commerciale forte sur le créneau de l’agriculture et de l’agroécologie. » Pour Marc Guillermou, qui connaissait Éléphant Vert de réputation, le mariage était évident. « Nous partageons une philosophie identique à savoir de croire en la nécessité de déployer un nouveau modèle agricole bon pour les hommes, bon pour les sols et bon pour la planète. L’actualité nous donne raison aujourd’hui tant le débat sur les pesticides traditionnels est important. »

Un fondateur toujours aux commandes

Pour Bio 3G, l’enjeu est également de pérenniser son avenir. « L’actionnariat familial n’était pas garanti, mes enfants n’envisageant pas de reprendre l’entreprise, confirme Marc Guillermou. À 56 ans, quand vous avez la responsabilité de 320 collaborateurs pour 38,2 millions d’euros de chiffre d’affaires annuels, l’enjeu est également de limiter les risques. C’est aussi cette approche qui m’a séduite chez Éléphant Vert. Ils n’ont pas mis la main sur notre technologie. Ils nous accompagnent pour la développer en mettant des synergies en place entre nos structures. Le plus bel exemple est qu’un an plus tard, alors que nous venons de fêter nos 20 ans, je suis encore aux commandes de l’entreprise. »

Un complément de gammes

Le rapprochement avec Éléphant Vert est double pour Bio 3G. À commencer par une complémentarité évidente des gammes. « De notre côté, nous proposons des produits naturels visant à optimiser le potentiel des sols et la santé des plantes, ajoute Marc Guillermou. De l’autre, ce groupe Suisse propose des amendements organiques, des biofertilisants, des biostimulants et des biopesticides 100 % naturels. Notre catalogue d’offres sort renforcé d’une telle union et nous avons largement étoffé notre segment jardins et espaces verts ».

Cap vers l’Afrique

En parallèle, si Bio 3G met à sa disposition sur le marché français son portefeuille de 35 000 clients, gérés en direct sur le terrain ou en télévente, la PME costarmoricaine se voit ouvrir en grand les portes de l’Afrique. « Notre objectif est de vendre une partie de nos produits dans leurs six filiales sur ce continent, au Maroc, au Mali ou au Sénégal où nous ne sommes pas encore présents. Nous allons également renforcer nos positions en Europe où Éléphant Vert dispose d’une expertise importante à laquelle notre équipe d’animation commerciale va collaborer. »

Une production intégrée

Pour Bio 3G, le soutien d’un acteur de poids sur le marché de l’agroécologie confirme que sa stratégie de développement, impulsée en 1997, était la bonne. « Je ne cache pas que les débuts ont été un peu difficiles car il a fallu prendre son bâton de pèlerin pour convaincre autant l’interprofession, sceptique au départ, que les clients, assume Marc Guillermou. Il fallait convaincre que nos biostimulants, qui permettent de réguler la vie d’un sol ou d’optimiser l’alimentation animale, sont aussi efficaces que des solutions conventionnelles avec une rentabilité économique égale voire supérieure. » Avec une cinquantaine de brevets déposés, la PME de Merdrignac a réussi à s’imposer dans un univers concurrentiel. « En 2003, nous avons repris une partie de la fabrication en direct avec le rachat d’une usine dans le Gard Salindres. » En 2015, Bio 3G se dote d’un second outil de production et d’une plateforme logistique à Chacé dans le Maine-et-Loire.

L’importance de la formation

La formation de ses collaborateurs reste également le point fort de Bio 3G. L’entreprise dispose, depuis 15 ans, de son propre centre de formation situé au Château de Gressière à la Bernerie-en-Retz (44). « Nous partageons cette valeur avec Éléphant Vert. J’attache une grande importance à faire évoluer les salariés. Nos commerciaux doivent être aussi de bons techniciens, nos télévendeurs et télévendeuses disposer d’une approche humaine de la relation clients puisque nos clients sont issus du monde agricole où la notion de confiance et de professionnalisme est totale. »

Sébastien Couesnet, PDG du groupe Elephant Vert, et Marc Guillermou, fondateur de Bio 3G à Merdrignac, partagent des visions identiques sur le développement de l'agroécologie et des biostimulants.
Sébastien Couesnet, PDG du groupe Eléphant Vert, et Marc Guillermou, fondateur de Bio 3G à Merdrignac, partagent des visions identiques sur le développement de l'agroécologie et des biostimulants. — Photo : @DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.