Finance

Le virage numérique de la Compagnie Fiduciaire

Par Astrid Gouzik, le 15 février 2018

Le cabinet bordelais est entré dans l'ère de l'expertise-comptable 2.0. Après avoir créé un cabinet 100% digital, il a lancé une solution numérique destinée à ses clients traditionnels. Une transformation en profondeur pour conserver sa place de leader en Nouvelle-Aquitaine. Les Fintech et autres Legaltech ? Même pas peur... 

Photo : Pixabay - c.c.

Un bureau spacieux, au premier étage d’un cossu immeuble de la rive droite de Bordeaux. Malgré la surface confortable, des postes de travail entassés. « Ils ont pris tellement d’importance dans l’entreprise que j’ai dû céder mon bureau à nos développeurs pour quelques mois », plaisante Jean-Philippe Romero, PDG de la Compagnie Fiduciaire, cabinet d’expertise-comptable, leader en Nouvelle-Aquitaine. Ce qui pourrait être une simple anecdote est pourtant symptomatique du tournant numérique engagé par l’ETI girondine depuis plus de trois ans. Selon une récente étude menée par EY et Apax Partners, 9 ETI sur 10 considèrent l’impact du digital comme une opportunité. Et elles seront 60% à augmenter leur budget de transformation digitale par rapport à l’année dernière. L’entreprise bordelaise est au diapason. Lorsque le courant de la « fintech » (la technologie financière) et son lot de start-up ont commencé à émerger, la Compagnie Fiduciaire a d’abord observé la vague déferler. Puis a préféré croire qu’elle avait une carte à jouer.  

Imaginer le cabinet du futur

« Nous avons réuni l’ensemble des associés et nous avons tenté d’imaginer à quoi ressemblerait le cabinet d’expertise-comptable du futur », raconte Jean-Philippe Romero. De cette réflexion a éclos l’idée de « ça compte pour moi », une solution 100% digitale destinée à capter une nouvelle génération d’entrepreneurs dans toute la France. Puis quelques mois plus tard, « ça crée pour moi », une société entièrement dédiée à la création d’entreprise. Des prémisses d’Izzy, l’outil de gestion en ligne lancé par la Compagnie il y a un peu plus d’un an, destiné à leurs clients traditionnels. La promesse : les entrepreneurs peuvent piloter leur activité en temps réel avec des indicateurs simples, 24h/24 et 7j/7. Et ils sont toujours accompagnés par un collaborateur dédié, comme avec un cabinet d’expertise-comptable classique. « Nous avons voulu conserver cet esprit de proximité auquel nos clients sont attachés. Mais nous lui donnons accès à de nouveaux services. Par exemple, avec notre application, le chef d’entreprise a tout son univers administratif à portée de main dans sa tablette ». De quoi convaincre 3300 clients depuis le lancement en novembre 2016. 

Former les collaborateurs

« L’algorithme que nous avons développé nous affranchit d’un grand nombre d’opérations. Cette économie de temps nous permet de faire du contrôle de gestion, d’avoir un véritable rôle de conseil… quand notre activité traditionnelle nous permet seulement de faire des constats », détaille le PDG. Cette mutation profonde de l’entreprise nécessite quelques ajustements. « Nous avons besoin de faire évoluer les collaborateurs qui étaient sur des tâches de production vers une fonction de conseil. Nous avons établi des plans de formation », analyse Jean-Philippe Romero. Pour commencer, une centaine de salariés (sur 600) sera donc formée pour coller au mieux aux attentes des clients et aux nouvelles exigences du numérique.  

Croissance externe

Pour continuer à se développer, la Compagnie Fiduciaire ne mise pas tout sur le numérique. La croissance externe reste l’un de ses axes stratégiques, comme l’a prouvé récemment le rachat du cabinet Urrutibehety Dolhats, basé à Bayonne. « Nous avons atteint la taille critique avec 24 sites et 40 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, nous couvrons tous les secteurs d’activité… Mais c’est vrai, nous avons toujours une cible en vue », concède-t-il. « Ces opérations nous permettent de densifier notre présence sur le territoire ». Mais pas question pour autant de trop s’éloigner de son port d’attache : le grand Sud-Ouest.   

Pour absorber cette croissance, il a fallu pousser les murs de certains de leurs locaux actuels. Cette année, l'ETI bordelaise va déménager son bureau de Toulouse, celui de Bayonne et déplacer son cabinet de Cenon à Floirac. Et dans quelques mois, Jean-Philippe Romero devrait bientôt retrouver un bureau ! L’entreprise emménagera dans le courant du dernier trimestre 2018 dans le nouveau quartier Euratlantique. Ce nouveau bâtiment, situé quai de Paludate, regroupera le siège social de la Compagnie Fiduciaire, son activité de gestion de patrimoine ainsi que son service d'audit. C’est dans ce nouvel immeuble que s’installera également l’équipe de neuf développeurs, dans leur propre bureau cette fois…  

Photo : Pixabay - c.c.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture