Industrie

Le vendéen K-Line mise 62 millions d'euros dans une usine à Saint-Vulbas

Par Florent Godard, le 04 mars 2016

Début 2018, le fabricant vendéen de fenêtres ouvrira une nouvelle usine de 48 000 m² à 40 km de Lyon. Et prévoit déjà un agrandissement.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

K-Line (filiale du groupe vendéen Liébot qui emploie 2 400 salariés pour 455 millions d'euros de CA), spécialiste des fenêtres et baies vitrées vient de lancer la construction d'une usine de 48 500 m² sur le Parc industriel de la Plaine de l'Ain (Saint-Vulbas), une opération à 62 millions d'euros. L'entreprise du groupe vendéen d'André Liebot parie sur une mise en service fin 2017 avec une capacité de production initiale de 2 500 fenêtres.

19 % de croissance en 2015

Ce nouveau site de production de fenêtres et baies coulissantes aura pour vocation de se rapprocher des zones à fort potentiel de croissance pour le Vendéen tout en rationalisant ses flux industriels et logistiques du côté Est de la France. Une centaine de personnes vont être recrutées d'ici le démarrage, en commençant par les cadres dès à présent. À la faveur de la montée en puissance de l'usine, l'effectif devrait atteindre 300 salariés en 2020. Annoncé dès 2013, ce projet était depuis suspendu à la conjoncture. « La décision finale n'interviendra qu'en fonction des ventes et de l'orientation du marché... », tempérait à l'époque, le directeur de la communication du groupe, Jean-Pierre Liébot. Or K-Line ne cesse d'augmenter son chiffre d'affaires chaque année depuis 1998. « L'usine a été rendue nécessaire par notre croissance », explique logiquement Bruno Léger, son directeur général. Sur un marché français de la fenêtre « qui s'annonce stable voire en légère baisse »,

K-Line a connu en 2015 19 % de croissance dans l'Hexagone. À l'exception de la maison neuve, l'entreprise progresse sur tous les marchés. Et surtout dans la rénovation, dynamisée par le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE), « qui a sauvé la profession en 2015, avec un rebond du marché sur la deuxième partie de l'année », indique Bruno Léger. Ce dernier cite également pêle-mêle le renouvellement complet de ses gammes il y a quelques années, une campagne de publicité TV en 2015 à destination du grand public, sur les grandes chaînes historiques et celles de la TNT, une présence commerciale renforcée, de meilleurs délais de livraison, un effort sur la relation client...

Enfin, K-Line surfe aussi sur la progression de la fenêtre aluminium sur le marché, lame de fond depuis quelques années. Les fenêtres aluminium représentant aujourd'hui 27 % des volumes posés en France. En attendant l'ouverture de sa nouvelle usine rhônalpine, les porteurs du projet ont déjà anticipé : outre l'acquisition d'un terrain de 130.000 m², ils ont mis une option d'achat sur 140.000 m² supplémentaires à proximité... Laissant envisager la création d'une seconde usine.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition