Auvergne Rhône-Alpes

Industrie

RSE

Avis d'expert [Chronique ESDES 410] L’écoconception favorise la transition écologique

Par Marie-France Vernier, enseignante-chercheuse à l'Esdes, membre de l'Institute of Sustainable Business and Organizations, le 10 décembre 2021

Le plan de relance fondé sur l’écologie, la compétitivité et la cohésion consacre 30 milliards d’euros à la transition écologique. Sortir du modèle économique actuel où production et consommation riment avec pollution n’est pourtant pas qu’une question d’argent. Nos modes de pensées et de production vont devoir changer pour que l’économie adopte de nouvelles pratiques vertueuses

Marie-France Vernier, enseignante-chercheuse à l'école de commerce lyonnaise Esdes, membre de l'Institute of Sustainable Business and Organizations.
Marie-France Vernier, enseignante-chercheuse à l'école de commerce lyonnaise Esdes, membre de l'Institute of Sustainable Business and Organizations. — Photo : DR

La méthode de l’écoconception conduit le producteur de biens à changer d’approche. Il s’agit pour lui d’identifier en amont les impacts que son produit aura sur l’environnement sur sa durée de vie afin de les minimiser tout en garantissant une performance technique équivalente.

Dans cette logique nouvelle, les concepteurs d’un bien doivent considérer les étapes en amont de la fabrication proprement dite comme la production des matières premières nécessaires et de l’énergie, et aussi en aval de la mise sur le marché avec le transport, l’utilisation et la fin de vie du produit.

Cette vision multicritère et multi-étapes conduit à des changements conséquents qui vont de l’amélioration de la conception du produit jusqu’à des modifications des relations nouées avec les partenaires de l’entreprise (fournisseurs, clients).

Des matériaux facilement recyclables

Ainsi Altinnova, entreprise de la Loire spécialisée dans la conception et la fabrication d’équipements innovants pour les aménagements cyclables, a-t-elle conçu un nouveau poste de gonflage manuel. Reconnaissable grâce à sa forme en roue de vélo, il est deux fois plus compact, et plus léger (gain de 15 %) que l’ancien modèle et ne requiert plus d’alimentation électrique (soit un gain de 10 kWh par an). En fin de vie, ses matériaux sont recyclables à 99 % et facilement séparables pour une meilleure gestion vers les filières de recyclage.

Outre ses conséquences réduites sur l’environnement, l’écoconception peut être également porteuse d’avantages économiques. Une entreprise se doit en effet a minima de maintenir les profits tirés de la vente de son produit, fut-il écoconçu, pour maintenir son activité. Or une étude conjointe du Pole Écoconception en France et de l’Institut de Développement Produit à Montréal (menée sur un échantillon de 119 entreprises) nous indique que pour plus de 90 % des entreprises ayant développé un produit écoconçu en Europe et au Canada l’effet de l’écoconception sur leurs profits est nul ou positif. C’est pourquoi les politiques publiques doivent encourager une relance économique verte fondée sur des innovations ayant un impact minime sur l’environnement.

En ce sens l’écoconception n’est pas seulement une solution pour sortir de l’impasse de notre modèle économique. C’est aussi une méthode qui permet de faire la transition vers une économie circulaire où la fin de vie du produit est remplacée par la réduction, la réutilisation ou le recyclage des matériaux dans les processus de production, de distribution et de consommation avec un objectif de soutenabilité.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition