Mulhouse

Textile

N.Schlumberger, nouveau souffle dans la filière textile

Par Lucie Dupin, le 14 septembre 2017

Le concepteur d’équipements industriels pour tous les types de fibre technique, N.Schlumberger à Guebwiller, a investi 10 millions d’euros ces dix dernières années. Industriel d’une filière textile secouée ces trente dernières dans le Sud Alsace, l’enjeu est de préserver le savoir-faire et les emplois. L’entreprise ouvre ses portes ce samedi 16 septembre.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

N.Schlumberger, basé à Guebwiller depuis 200 ans, conçoit et fabrique des machines destinées à équiper les filateurs de textile, avec une spécialité dans les fibres longues, naturelles ou artificielles. La PME emploie 200 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires de 38 millions d‘euros en 2016. Les 40 millions devraient être atteints cette année. « Le cours mondial de la laine et des fibres naturelles est élevé en raison de facteurs climatiques. Pour autant, la qualité des fibres fines et délicates s’est améliorée. Nos clients filateurs voient ainsi leurs marges augmenter et le désir d’investissement est fort. Le marché des capacités d’installation de transformation des fibres longues est un marché de remplacement. Nos clients recherchent ainsi de l’innovation, que nous sommes en mesure de leur fournir. L’innovation est au cœur de notre ADN depuis 200 ans. Dans les années cinquante, nous étions une dizaine de fabricants de machines. Aujourd’hui, nous sommes cinq sur la planète et N.Schlumberger est le premier en volumes et en chiffre d’affaires » explique Etienne Leroi, directeur général de N.Schlumberger.

Renouveau de la filière

Membre du Pôle textile Alsace, l’entreprise et son bureau d’études de 25 personnes travaillent sur les fibres longues en innovation ouverte avec des centres de recherche européens, ainsi qu’en Australie et en Amérique du Nord. « La filière textile a failli disparaître à Mulhouse il y a une trentaine d’années. Il existe pourtant un vrai renouveau avec un désir d’innovation fort. Nous sommes sortis de cette crise et sommes des survivants aux côtés par exemple de Velcorex, ETC, Meyer Sansboeuf, etc. Même si on le sait peu, les industriels du textile du Sud Alsace proposent des choses nouvelles à la filière textile mondiale », précise Etienne Leroi.

Investissement et recrutements

Dans les dix dernières années, dix millions d’euros ont été investis par N.Schlumberger dans des machines-outils, des plieuses et des découpes laser de tôle, ainsi que dans des systèmes d’information. « La société a changé de dimension. Nous sommes passés de 100.000 m² à 20.000 m² en procédant à du leanmanufacturing. Dans le même temps, le chiffre d’affaires et nos gammes ont augmenté de 30 %. L’enjeu est de maintenir ici à Guebwiller l’emploi et le savoir-faire. En dix ans, nous avons eu cent départs en retraite et cent personnes embauchées. Pourtant, nous rencontrons des difficultés pour recruter sur des postes spécifiques comme des postes liés à l’usinage, la tôlerie, le montage. Nous parvenons à recruter au niveau local, même si nous sommes en concurrence avec les salaires attractifs de la Suisse. Nous comptons quinze à vingt apprentis chaque année, que nous intégrons à l’entreprise par la suite pour certains » développe Etienne Leroi, dont l’entreprise ouvrira ses portes ce samedi 16 septembre. Une occasion de remercier les entreprises et les pouvoirs publics locaux qui ont accompagné le rebond de N.Schlumberger, qui a survécu à un plan de sauvegarde en 2007.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition