Ariège

Chimie

Map Space Coatings veut s'imposer sur le marché mondial des revêtements pour satellites et lanceurs

Par Philippe Kallenbrunn, le 06 juillet 2022

Spécialiste des revêtements destinés à la réduction du risque des missions spatiales, la société ariégeoise Map Space Coatings déroule le plan stratégique qui doit lui permettre de conquérir le marché mondial. Elle innove aussi en développant des outils apportant de la praticité à ses clients.

Dans son usine de Mazères (Ariège), Map Space Coatings produit ses propres matières premières destinées à la fabrication de revêtements pour satellites et lanceurs.
Dans son usine de Mazères (Ariège), Map Space Coatings produit ses propres matières premières destinées à la fabrication de revêtements pour satellites et lanceurs. — Photo : Sébastien Pouchard

Installée depuis un an dans son nouveau site industriel de 4 600 m2 à Mazères (Ariège), qui a nécessité un investissement de 6,5 millions d’euros, la société de chimie Map Space Coatings (25 salariés, chiffre d'affaires non communiqué), filiale de Map Holding, confirme son ambition de devenir le leader mondial des revêtements pour satellites et lanceurs, un marché dans lequel elle affronte une concurrence essentiellement nord-américaine. "Notre chiffre d’affaires a doublé en 15 ans, rapporte Olivier Guillaumon, président de la Financière Sainte-Eulalie qui dirige Map Space Coatings. L’objectif est de le doubler à nouveau dans 10 ans. Les projets confidentiels sur lesquels nous travaillons pourraient nécessiter l’utilisation de nouveaux bâtiments d’ici cinq ans. Nous avons une réserve foncière de 3,8 hectares et il nous reste 2 hectares sur lesquels nous pourrions les implanter."

16 % du chiffre d’affaires en R & D

Pour l’heure, Map Space Coatings déroule le plan stratégique (2021-2025) qu’elle a dessiné pour améliorer ses process internes et optimiser les solutions apportées à ses 436 clients. Spécialisée dans la fabrication de revêtements de contrôle thermique, d’adhésifs et de lubrifiants pour les satellites et de revêtements de contrôle thermique et électrique pour les lanceurs spatiaux, elle déploie aussi des services destinés à l’industrie spatiale (la finition thermique du satellite et les caractérisations physico-chimiques).

Présent dans 36 pays, Map Space Coatings consacre chaque année 16 % de son chiffre d’affaires à sa R & D. L'industriel développe ses propres technologies, prévient l’obsolescence de ses revêtements et produit ses propres matières premières, tout en anticipant les réglementations environnementales visant à réduire l'utilisation de substances toxiques pour les usages industriels. "Il y a trois ou quatre ans, nos produits pour les lanceurs contenaient encore pour beaucoup des solvants, ils sont désormais à 99 % en phase aqueuse", illustre Olivier Guillaumon. Cela permet notamment à la PME de s'affranchir de la très contraignante réglementation américaine Itar (International traffic in arms regulations), qui contrôle la fabrication, la vente et la distribution d’objets et de services liés à la défense et à l’espace.

En parallèle, Map Space Coatings déleste le poids de ses transports, en délaissant le bois au profit du carton pour ses emballages et en optant pour le polyéthylène recyclé, au lieu du verre, pour le conditionnement de ses produits.

Kit de retouches

La société travaille par ailleurs à la réduction de ses délais de fabrication, de livraison et à la maîtrise des flux de ses stocks afin d’assurer la continuité de sa production en toutes circonstances. Ces engagements sont autant d’arguments commerciaux pour développer son activité à l’export. Map Space Coatings réalise aujourd’hui 41 % de son chiffre d’affaires en France, 38 % en Europe et 21 % dans le reste du monde, notamment en Inde, en Chine, en Corée et au Japon.

Depuis plusieurs mois, elle innove aussi dans la praticité des solutions proposées à ses clients. Après avoir lancé des seringues à têtes interchangeables comme nouveau mode de conditionnement de ses lubrifiants, la PME dévoile aujourd’hui un kit de retouches. "Cela va simplifier la vie de nos clients qui pourront s’affranchir de l’opération extrêmement chronophage qui consiste à devoir démonter et remonter une pièce sur un satellite", appuie Olivier Guillaumon.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition