Hérault

Conseil de gestion

Ressources humaines

Le groupe Caminarem muscle son pôle RH en acquérant RHéflex

Par Anthony Rey, le 22 novembre 2023

Spécialisé dans les services RH, Caminarem s’associe à Axylis pour reprendre le cabinet de conseil montpelliérain RHéflex. Le groupe biterrois étend sa gamme de prestations alors que les entreprises peinent encore à recruter et se réorganiser dans l’ère post-Covid.

Matthieu Ourliac (à gauche), PDG de Caminarem, s’allie à Marc Aufort, fondateur d’Axylis, dans la reprise de RHéflex.
Matthieu Ourliac (à gauche), PDG de Caminarem, s’allie à Marc Aufort, fondateur d’Axylis, dans la reprise de RHéflex. — Photo : DR

Fondé en 2005 à Béziers (Hérault) avant d’adopter son nom actuel en 2019 pour coiffer ses différents pôles de compétences, le groupe Caminarem (50 salariés, CA 2022 : 25 M€) poursuit sa stratégie de croissance vers des métiers complémentaires dans les ressources humaines (RH). S’associant au réseau d’expertise-comptable biterrois Axylis (180 salariés, CA 2022 : 14,5 M€), il signe l’acquisition du cabinet montpelliérain RHéflex (3 collaborateurs), spécialisé dans le conseil RH. "Notre activité en recrutement est très soutenue au vu des difficultés rencontrées par les entreprises pour attirer de nouveaux talents depuis le Covid. Nous voulions y rajouter de nouvelles prestations pour les aider à traverser cette période de grands changements", analyse Matthieu Ourliac, PDG de Caminarem. Pour sa part, Marc Aufort, associé-fondateur d’Axylis, justifie l’opération par une démarche similaire d’extension de l’offre : "Si nous maîtrisons le droit social, nous n’avions pas encore de compétences à proposer sur la partie purement RH".

Un patient maillage territorial

Depuis sa création en 2003, le cabinet RHéflex rayonnait principalement sur Montpellier et Béziers. Dans le giron de Caminarem et Axylis, il se positionnera sur l’ex-Languedoc-Roussillon "tout en restant une marque locale, car nous sommes dans une démarche de proximité", précise Matthieu Ourliac. Le groupe biterrois, dans son ensemble, poursuit une patiente stratégie de maillage territorial. En 2022, l’une de ses filiales, Empléo (intérim généraliste, 7 agences) a repris Sissimple Intérim qui, depuis Clermont-l’Hérault, couvre les Hauts Cantons et l’Ouest héraultais, en ciblant l’industrie, la distribution et surtout le vitivinicole. "Elle nous a donné une compétence dans ce secteur majeur au sein de son territoire. Nous conservons la marque pour accompagner cette filière souffrant du manque de volumes et des crises qui s’accumulent, comme le gel et les sécheresses survenues en quelques années", commente Matthieu Ourliac. Empléo va poursuivre son extension géographique, avec la création de 2 nouvelles agences à Bédarieux (Hérault) et à Port-la-Nouvelle (Aude).

Outre Empléo, Sissimple Intérim et RHéflex, le groupe Caminarem se compose aussi de Potentiel Humain (recrutement et travail temporaire) et RH Solutions (portage salarial). S’il a déjà amorcé, l’an passé, sa croissance hors-région avec une implantation à Bordeaux, celle-ci restera maîtrisée en 2024 et centrée sur la recherche d’associés partageant la même vision. "Les valeurs de proximité et de convivialité sont au cœur du groupe. D’où l’importance de ces partenariats pour nous développer dans l’intérim", insiste Matthieu Ourliac, qui prévoit une annonce sur le sujet en janvier 2024.

Restaurer la valeur travail

En plus d’accompagner les entreprises, les salariés et les candidats (conseils RH, bilans de compétence ou d’orientation, chasse de tête, etc.), RHéflex propose aussi une offre de formation. Pour Caminarem, ce panel de services s’impose d’autant plus que les entreprises peinent à s’adapter à l’ère post-Covid, où sévit la pénurie de talents. Matthieu Ourliac a pris la parole sur le sujet en 2023 en publiant Valeur travail : l’affaire de tous, un manifeste bousculant certains lieux communs : "J’aide nos clients à mieux comprendre le marché de l’emploi, mais une entreprise doit rester un lieu de profit. On ne doit pas révolutionner l’organisation du travail. Ce qui m’a révolté avec le Covid, c’est le discours sur l’oisiveté, la volonté de faire croire que la richesse va se créer de chez soi, en travaillant quand on veut. La crise sanitaire a provoqué de nombreux changements, mais ils ne seront pas tous pérennes. Je le vois d’ailleurs avec la récession qui se profile, et le nombre de profils disponibles qui monte en flèche depuis quelques semaines…"

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition