Seine-Maritime

BTP

Les Bâtineurs veulent créer une "matériauthèque" pour le BTP

Par Isabelle Evrard, le 29 novembre 2022

Créés en 2021 et installés à Petit-Quevilly, Les Bâtineurs cochent toutes les cases de l’entreprise sociale et solidaire, avec d’un côté, le tri et la valorisation des déchets du bâtiment, mais aussi l’emploi des personnes en réinsertion. Une pierre supplémentaire dans le champ de l’économie circulaire, qui monte en puissance en Normandie.

Les Batineurs proposent un curage sélectif du second œuvre sur les chantiers.
Les Batineurs proposent un curage sélectif du second œuvre sur les chantiers. — Photo : Les Batineurs

Répondre aux enjeux de la valorisation des déchets du bâtiment, c’est l’objectif que s’est fixé la jeune entreprise d’insertion solidaire Les Bâtineurs, installée depuis 2020, à Petit-Quevilly en Seine-Maritime. "Le projet est né suite à une étude rédigée en 2016 par l’Adress Normandie, collectif normand chargé d’accompagner les entreprises sociales et solidaires", explique David Groix, fondateur de l’entreprise. Pour concrétiser le projet, trois structures se sont rapprochées en 2020 : l’entreprise ATD Démolition (Le Petit-Quevilly), l’entreprise d’insertion havraise Abbei et la ressourcerie l’Abri (Évreux) qui ont gagné un Appel à manifestation d’Intérêt émis par la Région Normandie et l’Ademe Normandie sur l’économie circulaire. À la clé : bâtir un modèle économique pour valoriser les déchets de chantiers de démolition ou de réhabilitation tout en favorisant le réemploi et la réinsertion. Une tâche à laquelle s’est attelé David Groix via la création des Bâtineurs en 2021, avec Marc Corbineau, son associé. "Nous proposons un curage sélectif du second œuvre sur les chantiers, c’est-à-dire le tri et le nettoyage des éléments non constructifs : fenêtres, portes, cloisons, poutres de bois, dalles, béton" explique David Groix. Aujourd’hui, sept salariés travaillent dans l’entreprise, dont trois ouvriers en insertion. "Outre la valorisation des déchets du bâtiment, l’entreprise est là également pour aider des personnes éloignées de l’emploi."

Assurer la traçabilité des matériaux

Accompagnée par l’incubateur normand Katapult, l’entreprise dispose aujourd’hui d’une plateforme pour stocker et préparer les matériaux. Avec l’ambition de passer d’une logique de déchet à une logique de ressource. "Notre volonté est d’arriver, courant 2023, à la mise en place sur le territoire d’une "matériauthèque" dans laquelle les particuliers et artisans pourraient acheter et donc réutiliser ces matériaux pour une seconde vie. Notre préoccupation principale étant d’assurer la traçabilité des matériaux et participer à l’identification des différents déchets", annonce David Groix.

Selon le Panorama économique publié par la CCI Normandie, la Normandie compte plus de 3 000 entreprises du BTP, un secteur qui représente à lui seul 6,8 % de l’emploi et près de 10 % de la richesse en Normandie. Considérant que plus de 70 % des déchets produits en France proviennent des secteurs du bâtiment et des travaux publics, dont 46 millions de tonnes par an pour le seul bâtiment, Les Bâtineurs ont de quoi bâtir des fondations solides pour leur activité.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition