Réseaux d'accompagnement

Grandde : Vers l'économie circulaire

Par S.C, le 24 février 2016

En complément de la RSE, l'association Grandde, basée à Rouen, veut sensibiliser les entreprises à l'économie circulaire.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Tout en poursuivant son travail sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), l'association Grandde (Rouen), spécialisée dans la promotion du développement durable, veut à présent sensibiliser le monde de l'entreprise à l'économie circulaire. « Nous voulons poursuivre notre travail sur la RSE. Mais à présent, nous voulons nous appuyer sur ce socle pour aller plus loin », explique Jean-Michel Thouvignon, président de Grandde. Pour l'association, l'économie circulaire doit permettre d'apporter des éléments de réponse aux défis économiques du XXIe siècle, tout en préservant l'environnement. « Plus on produit, plus on puise dans les ressources. Il faut inverser cette tendance et récompenser les modèles vertueux. L'économie circulaire apporte des éléments de réponse, elle est d'ailleurs remise au goût du jour par l'Europe et l'État avec la loi de transition énergétique. C'est une démarche qui peut aussi être mise en place au niveau local », précise le président de Grandde.

Un programme d'actions

L'association veut promouvoir sa démarche sur plusieurs axes, comme le développement des matériaux recyclés et des solutions de recyclage, ou encore l'allongement de la durée de vie des produits manufacturés afin de réduire le recours aux matières premières. Travailler sur la sobriété de la chaîne de valeur est un autre enjeu : « Pour faire en sorte que la consommation soit la plus responsable possible », insiste Jean-Michel Thouvignon. Dernier axe de travail pour Grandde, la faisabilité de cette approche ou comment rendre possible cette économie de la fonctionnalité.

Travailler autrement

Pour cela, Grandde s'est allié à plusieurs organismes du monde économique local pour former le club Inné autour de cette thématique de la fonctionnalité : remplacer la vente de produits par la vente de l'usage, passer de l'économie du chiffre d'affaires à celle de la valeur ajoutée, faire durer les produits plus longtemps. L'association veut aussi apprendre aux entreprises à travailler autrement en décloisonnant avec notamment l'action PNSI (programme national de symbiose industriel), une mise en relation des entreprises entre elles sous forme d'échange de ressources. En collaboration avec les territoires comme la Métropole de Rouen, la CASE, Caux vallée de Seine (des discussions sont en cours avec la Codah) et en partenariat avec la Région, des ateliers seront le socle de cette démarche. « Pour créer les conditions d'un développement durable en entreprise, la RSE risque de ne pas être suffisant. Il faut de nouveaux modèles économiques. Nous allons solliciter les entreprises sur ces nouvelles initiatives économiques ».

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition