Normandie

RSE

Tribune Agir en investisseur responsable

Par Céline Tiennot, banquier privé à la Caisse d’Épargne Normandie, le 09 mai 2022

Certaines entreprises souhaitent aujourd’hui réaliser des placements socialement responsables tout en conciliant potentiel de performance et développement durable, dans le respect des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Pour cela, des solutions existent. Revue de détails.

Céline Tiennot, banquier privé à la Caisse d'Épargne Normandie.
Céline Tiennot, banquier privé à la Caisse d'Épargne Normandie. — Photo : DR

L’investissement socialement responsable (ISR) s’appuie sur trois critères dits "enjeux ESG" : E pour environnement (gestion des déchets, réduction des émissions de gaz à effet de serre, prévention des risques environnementaux), S pour social (prévention des accidents, formation du personnel, respect du droit des salariés et dialogue social, égalité salariale hommes femmes), et G pour gouvernance (indépendance du conseil d’administration, structure de la gestion, présence d’un comité de vérification des comptes, représentativité des femmes dans les instances dirigeantes). Cinq labels désormais incontournables certifient le respect de ces critères ESG : le label Finansol, le label Greenfin, le label ISR, le label Towards Sustainability de Febelfin, et le label Relance.

La gestion ISR fonctionne en conjuguant deux approches :

• L’approche financière mesure la solidité financière d’une société et sa capacité à créer de la valeur économique, l’ISR ne sacrifiant en rien le rendement au profit des vertus écologiques ou sociales.

• L’approche extra-financière évalue le comportement des sociétés vis-à-vis de l’environnement, des valeurs sociales, de leur engagement sociétal et leur gouvernance d’entreprise. Cette évaluation leur évite par exemple des risques de réputation ou des pénalités financières.

Des stratégies d’investissement différentes selon les sociétés de gestion

Les fonds multisectoriels, qualifiés de "généralistes" sélectionnent – par secteur d’activité – les entreprises ayant les meilleures pratiques selon les trois critères ESG.

L’investissement à impact social ou environnemental consiste, lui, à investir majoritairement dans des sociétés non cotées qui affichent une intention forte d’engagement envers des problématiques sociétales ou environnementales (lutte contre la pauvreté ou énergies renouvelables par exemple). Ces entités mesurent l’impact de leurs investissements et en publient les résultats.

Enfin, les fonds thématiques financent des secteurs précis liés aux enjeux environnementaux ou sociaux, ce qui permet à l’investisseur de choisir le(s) domaine(s) qui lui correspond(ent) le mieux (le logement, l’éducation, l’agriculture durable, ou encore l’eau).

Les personnes physiques peuvent souscrire à ce type de placements via un contrat d’assurance-vie, un compte titres ou un PEA et les personnes morales via un contrat de capitalisation ou un compte titres, pour des investissements réalisés avec un horizon à long terme.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition