Métallurgie

ACGB se renforce avec de la croissance externe

Par Isabelle Evrard, le 04 avril 2022

L’entreprise de chaudronnerie aluminium ACGB (Bavent), spécialisée dans la fabrication de réservoirs sur mesure, s’agrandit avec l’acquisition du groupe morbihannais OTS, spécialiste en sous-traitance de systèmes de levages. ACGB se développe également à l’international, avec l’ouverture d’une usine au Canada pour toucher le marché nord-américain.

ACGB fabrique des réservoirs en aluminium sur mesure pouvant contenir tous types d’hydrocarbures liquides.
ACGB fabrique des réservoirs en aluminium sur mesure pouvant contenir tous types d’hydrocarbures liquides. — Photo : ACGB

Créés en 1972 à l’initiative d’un ingénieur, d’un architecte naval et d’un chaudronnier pour fabriquer des voiliers et des vedettes en acier et aluminium, les Ateliers et Chantiers de la Grande Bruyère (ACGB) sont, depuis leur reprise par Sylvain Auvy en 2013, entièrement tournés vers un marché de niche : la fabrication sur mesure de réservoirs en aluminium pouvant contenir tous types d’hydrocarbures liquides pour les secteurs de l’aéronautique, du nautisme, de l’automobile et de la défense. L’entreprise normande, installée à Bavent (Calvados) et membre de Normandie AeroEspace (NAE), s’est récemment agrandie avec le rachat le 30 décembre 2021 du groupe morbihannais OTS (Ouest Tôlerie Soudure), spécialisé dans la sous-traitance de systèmes de levage lourds. "Cette acquisition est le fruit d’une longue négociation avec le cédant, Patrick Guillerme, dirigeant actionnaire du groupe OTS, qui partait en retraite", précise Sylvain Auvy, PDG d’ACGB.

ACGB élargit son offre et son volume de production

Sylvain Auvy, dirigeant d'ACGB, a repris les activités du groupe OTS à son fondateur, Patrick Guillerme.
Sylvain Auvy, dirigeant d'ACGB, a repris les activités du groupe OTS à son fondateur, Patrick Guillerme. - Photo : DR

Situé à Malestroit dans le Morbihan, OTS compte un effectif de 200 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 24 millions d’euros. "Sa spécialisation en matière de découpe laser, pliage, soudure et peinture nous apporte une forte valeur ajoutée et s’inscrit en complémentarité du savoir-faire d’ACGB dans la chaudronnerie", commente le dirigeant. Autre atout apporté par OTS, le travail de l’acier via une activité intégrée organisée autour de trois métiers : la tôlerie industrielle (découpe- poinçonnage-pliage-soudure), la mécanique de précision, le montage et la peinture. "ACGB travaille exclusivement l’aluminium alors qu’OTS fabrique des ensembles mécanosoudés complexes et des pièces mécaniques, dont des réservoirs en acier pour des engins de manutention industrielle, le BTP et l’agriculture, avec des clients tels que Manitou, Fenwick, Liebherr, Khun… C’est une autre technologie qui nous permet d’élargir notre offre."

Le rachat d’OTS permet par ailleurs à ACGB, qui emploie 115 salariés et a enregistré un chiffre d’affaires de 13,5 millions d’euros en 2021, d’accéder à un niveau industriel davantage organisé : "OTS est positionné sur des volumes de production plus larges, de 200 à 2 000 unités de production par an, alors qu’ACGB se situe plutôt entre une et mille unités annuelles", précise le PDG. L’usine bretonne est de fait, mieux automatisée et dotée d’un parc machines robotisé (9 robots de soudure), de moyens automatisés de découpes poinçonnage et d’un atelier de peinture sur métal. Des atouts technologiques qui offrent une meilleure pertinence industrielle à ACGB et la possibilité de postuler sur des appels d’offres plus importants. "Les clients ont accueilli très favorablement cette acquisition. Ils y voient l’intérêt d’avoir à leurs côtés un véritable partenaire industriel pour développer les fonctions réservoirs", souligne Sylvain Auvy.

315 collaborateurs et 38 millions d’euros de chiffre d’affaires

Cette consolidation des deux entreprises s’applique également aux ressources humaines. À elles deux, les entreprises ACGB et OTS totalisent un effectif de 315 collaborateurs et un chiffre d’affaires de près 38 millions d’euros en 2021 (10 % dans le secteur de la défense) : 20 millions d’euros dans la fabrication de réservoirs, 16 millions en sous-traitance et 2 millions dans la peinture sur métal. Actuellement, les synergies se mettent en place entre les deux sites, avec la structuration de deux démarches commerciales dédiées respectivement aux réservoirs et à la sous-traitance. ACGB s’appuie sur son bureau d’études, sa cellule R & D, son service qualité et ses certifications qui vont être transposés au site d’OTS, tandis que l’entreprise bretonne apporte son expertise en matière de système de management qualité.

Ouverture d’une filiale au Canada

ACGB, Bavent, métallurgie, aluminium
ACGB, Bavent, métallurgie, aluminium - Photo : ACGB

ACGB entend également renforcer son activité à l’export qui représente 52 % de son chiffre d’affaires. Forte de ses références en Europe du Nord, l’entreprise a déjà engagé des contacts avec les fabricants de levage pour développer son offre sur les réservoirs métalliques et la sous-traitance, en particulier sur les fonctions capots moteurs, coffres outils et articulations de bras de levage. Mais c’est vers l’Amérique du Nord qu’ACGB souhaite avancer ses pions. En 2018, Sylvain Auvy se lance dans l’aventure outre-atlantique et ouvre un bureau à Montréal. L’année suivante, il signe un partenariat avec le fabricant canadien de réservoirs de rechange Spectra, qui débouchera en mars 2020 sur la création d’une joint-venture (co-entreprise). "Malheureusement, Spectra a fait faillite et je me suis retrouvé à gérer quasiment seul tout le capital client que j’avais construit avec mon partenaire. Finalement, j’ai décidé de me lancer seul et j’ai ouvert en février 2022 ma propre usine à côté de Montréal, Réservoirs ACGB Inc, qui fabrique des réservoirs en aluminium pour le marché nord-américain", explique Sylvain Auvy.

La filiale canadienne, dont l’aménagement s’est terminé fin février 2022, emploie une vingtaine de personnes : "La production doit démarrer au 1er avril", annonce le dirigeant qui espère, avec cette usine, réaliser un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros en fin d’année 2022, et passer de 13,5 millions d’euros à 15 millions d’euros de chiffres d’affaires avec son usine de Bavent.

Le projet "Green impact réservoir cryogénique" retenu par France Relance

Également au cœur de la stratégie de développement d’ACGB, l’innovation : "Notre équipe R & D travaille principalement sur les alternatives aux hydrocarbures polluants et sur les conséquences que cela va engendrer sur nos réservoirs", confie le dirigeant. ACGB a lancé en 2016 un programme de recherche, soutenu par l’ADEME, pour le développement de réservoirs cryogéniques destinés au transport de GNL (gaz naturel liquéfié). "Baptisé Green Impact, ce type de réservoir sera capable d’augmenter de 30 % l’autonomie des véhicules qui marchent au GNL. Les premiers travaux ont permis l’invention d’un nouveau réservoir en aluminium pour transporter du méthane bio à -160 °C et à haute pression pour alimenter les moteurs thermiques classiques des véhicules de transport", détaille Sylvain Auvy. Destiné dans un premier temps aux constructeurs de camions et d’autocars, ce réservoir pourrait trouver des débouchés dans les secteurs aéronautique et naval. Le projet "Green Impact Réservoir Cryogénique" a obtenu les labels MOVEO, ADEME, a reçu le soutien de la BPI, et a été retenu comme lauréat du plan de relance pour l’industrie automobile. La croi

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition