Morbihan

Biens de consommation

Interview Coronavirus - Thermobaby : « Nous avons besoin de consignes claires du gouvernement »

Entretien avec Jacques Vaillant, directeur général de Thermobaby

Propos recueillis par Nicolas Rousseau - 25 mars 2020

Entreprise de matériel de puériculture basée à Auray, dans le Morbihan, Thermobaby (28 salariés, 6 M€ de CA), inventeur du chauffe-biberon dans les années 1940, a stoppé préparation et livraison de commandes. Son directeur général Jacques Vaillant dénonce des consignes gouvernementales « contradictoires » quant à la reprise de l’activité.

Jacques Vaillant, directeur général de Thermobaby, entreprise de matériel de puériculture basée à Auray (Morbihan).
Jacques Vaillant, directeur général de Thermobaby, entreprise de matériel de puériculture basée à Auray (Morbihan). — Photo : Nicolas Rousseau

Le Journal des Entreprises : Sur votre site web, vous prévenez vos clients que Thermobaby est dans « l’obligation d’arrêter ses livraisons pour une durée indéterminée ». L’activité est-elle totalement arrêtée ?

Jacques Vaillant : Thermobaby a arrêté son activité dès la mise en place des mesures de confinement par le gouvernement. Je suis aujourd’hui le seul physiquement présent dans l’entreprise. Les salariés administratifs ont été placés en télétravail. En revanche, l’atelier de préparation des commandes a stoppé son activité. D’ailleurs, nombre de nos fournisseurs sont également à l’arrêt. Je suis en contact très régulier avec eux et avec nos clients.

Vous sentez-vous suffisamment accompagnés dans ce contexte ?

Jacques Vaillant : Comme beaucoup d’autres entreprises, notre situation s’avère délicate. Nous recevons des consignes contradictoires ou difficiles à suivre. On nous a laissé entendre que le chômage partiel serait indemnisé. J’ai l’impression, aujourd’hui, que tout est mis en œuvre pour que la facture soit la moins lourde possible pour l’État.

Les premières annonces gouvernementales laissaient entendre que seules les activités essentielles et vitales devaient être maintenues. Dorénavant, on demande aux entreprises qui ne peuvent pas faire télétravailler leurs salariés et quel que soit leur secteur de maintenir leur activité, même si celle-ci n’est pas vitale. En parallèle, nous devons démontrer que nous ne sommes pas en capacité de travailler et de poursuivre notre activité. On ne comprend plus ! On ne sait pas où l’on va et on nous pousse à la faute. Je suis prêt à suivre les consignes, à condition qu’elles soient claires.

La reprise de l’activité est-elle envisageable au sein de Thermobaby ?

Jacques Vaillant : Dans le contexte de confinement, l’entreprise est en capacité de reprendre une activité réduite. Mais cette reprise n’est possible qu’en respectant toutes les mesures de sécurité sanitaire. En tant que chef d’entreprise, je suis responsable de la santé de mes salariés et je ne les mettrai pas en danger. Or je ne sais pas où je pourrai me procurer des équipements de protection, par exemple, des masques, des gants et du gel hydroalcoolique. Je souhaiterais des consignes claires concernant ces équipements de protection individuels (EPI), obligatoires ou conseillés avant reprise d’activité. Sans ces équipements, je ne suis pas en mesure de rouvrir l’entreprise.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail