Morbihan

Santé

Coronavirus : Les Celluloses de Brocéliande investissent et recrutent pour la production de masques

Par Ségolène Mahias, le 12 mai 2020

Après les couches pour bébé et les produits d’hygiène féminine, Les Celluloses de Brocéliande se lancent dans la fabrication de masques. La composante du groupement des Mousquetaires va installer cinq lignes de production à Ploërmel et créer 60 emplois.

Masque de protection respiratoire de type FFP2.
Masque de protection respiratoire de type FFP2. — Photo : Stefano Ferrario - Pixabay - CC0

130 millions de masques produits entre août 2020 et la fin d’année, 60 recrutements, cinq lignes de production installées, Les Celluloses de Brocéliande (70,5 M€ de CA et 208 salariés) déploient les grands moyens dans la crise sanitaire actuelle.

Basée à Ploërmel, cette usine, composante du groupement des Mousquetaires - Intermarché, est spécialisée en hygiène bébé et féminine. Sur ce site 3,2 millions de couches bébé et 1,8 million d’unités d’hygiène féminine sont fabriquées chaque jour, notamment pour les marques propres du groupe de distribution. C’est désormais une nouvelle corde à son arc que va ajouter cette usine. Le Groupement des Mousquetaires va en effet y relancer la production de masques de protection individuelle.

Cette relance est un clin d’œil à l’histoire : en effet, Les Celluloses de Brocéliande ont déjà fabriqué des masques dans les années 2000. Cette ligne de production a ensuite été démontée et vendue à un autre industriel français. « Le savoir-faire de la fabrication des masques est donc, aujourd’hui encore, présent au sein des équipes d’encadrement et du bureau d’études de l’usine », souligne le groupe.

Lancement de la production en juillet

Les Mousquetaires ont réussi un tour de force en un mois. Mettant à profit cette expérience et des échanges étroits avec le gouvernement, l’entreprise a pu réfléchir à l’optimisation de son usine. Elle est aussi parvenue à commander cinq lignes de production. Les Celluloses de Brocéliande ont fait l’acquisition de trois machines auprès de l’entreprise Cera (Saint-Etienne) qui permettront la conception de masques FFP2 (réservés au personnel médical). C’est le fabricant angevin Ose qui a conçu les deux autres machines destinées, elles, aux masques chirurgicaux. « La production devrait démarrer début juillet pour les masques FFP2, et début août pour les masques chirurgicaux », détaille le groupement.

Dans le même temps des emplois vont être créés. 30 recrutements sont déjà lancés pour des postes de techniciens de maintenance, conducteurs de ligne et de responsables d’équipes. Les candidatures pour ces emplois sont ouvertes jusqu'au 23 mai, sur le site corporate des Mousquetaires.

La montée en puissance en compétences ainsi que celle de l’outil industriel doit permettre à l’industriel d’atteindre ses objectifs de production de 130 millions d’unités. « Contribuer à l’indépendance d’approvisionnement en masques pour la France est un engagement inhérent aux Mousquetaires, chefs d’entreprise indépendants », résume Jean-Baptiste Saria, le président d’Agromousquetaires.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail