Morbihan

Énergie

Circuit Court Énergie, le photovoltaïque en mode artisan

Par Xavier Eveillé, le 18 juillet 2019

Raoul Feutrie a travaillé dans l’industrie des centrales photovoltaïques pour le compte d’une filiale de Total et EDF comme chef de projet. Il démocratise les installations solaires en travaillant comme un artisan. Les commandes affluent.

Ingénieur converti aux EnR depuis longtemps, Raoul Feutrie a fondé Circuit Court Energie.
Ingénieur converti aux EnR depuis longtemps, Raoul Feutrie a fondé Circuit Court Energie. — Photo : Xavier Eveillé

Le créateur

Raoul Feutrie est ingénieur de formation. Lillois d’origine ayant passé dix ans à la Réunion, il a travaillé dans l’industrie des centrales solaires photovoltaïques pour le compte d’une filiale de Total et EDF, notamment comme chef de projet. Il a suivi plusieurs formations RGE (Reconnu garant de l’environnement) et Qualit’EnR.

Le concept

Raoul Feutrie a connu les années fastes de la filière : « Nous vendions 100% de ce que nous produisions. La filière s’est effondrée avec la suppression des aides, d’autant que les DOM-TOM bénéficiaient de systèmes de défiscalisation très avantageux. J’ai choisi de venir avec ma famille en Bretagne et de penser différemment. L’avenir de la filière passe plutôt par l’autoconsommation et en circuit court. Le prix d’une installation n’a plus rien à voir. Pour autant, il ne faut plus raisonner non plus rentabilité immédiate mais fructification de son bâti. Le photovoltaïque a un vrai rôle à jouer chez les particuliers et les PME. Il faut compter 8 000 euros de panier moyen pour une bonne installation de 6-10 panneaux chez un particulier (30 à 60 % des besoins), 15 à 20 000 € pour une entreprise qui souhaite optimiser ses consommations. Il y a aussi un intérêt RSE évident. »

Les perspectives

Circuit Court Energies travaille pour l’instant à 80 % pour les particuliers dans un rayon de 100 km en lien avec des artisans couvreurs avec déjà une trentaine de chantiers en 8 mois. La part BtoB est amenée à progresser : « Elles ont intérêt pour des raisons de synchronicité entre la production solaire et les horaires de travail. Je suis aussi habilité à poser des bornes électriques. Je travaille avec des artisans contractuellement afin d’assurer la garantie décennale. » Circuit Court Energie a posé cet été 30 panneaux pour ETIB (logiciels informatiques à Lorient). « Je vais aussi équiper… le club de bridge de Vannes. » L’idée est d’à terme de structurer l’entreprise avec une à deux équipes. « Je ne souhaite pas retomber dans les travers de la filière photovoltaïque classique, plus productiviste. » Raoul Feutrie porte un regard avisé sur la filière des EnR, qu’il connaît très bien avec une réserve sur le marché du stockage, des batteries : « J’incite à mes clients de ne pas en mettre. On connaît mal l’impact environnemental des batteries actuelles, leur durée de vie est courte. Il faut encore attendre car ce marché va profondément évoluer : le stockage pour particulier va être la résultante de l’industrie automobile. » Les batteries de voiture en ion-lithium pourraient connaître une seconde vie demain… chez soi.

Ingénieur converti aux EnR depuis longtemps, Raoul Feutrie a fondé Circuit Court Energie.
Ingénieur converti aux EnR depuis longtemps, Raoul Feutrie a fondé Circuit Court Energie. — Photo : Xavier Eveillé

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.