Emploi

Sotrapid : La croissance passe par les bio-carburants

Par Cédric Menuet, le 03 février 2012

Malgré un marché du carburant en stagnation, le transporteur de matières dangereuses Sotrapid progresse depuis cinq ans. En 2012, l'entreprise d'Arnage veut poursuivre son développement sur le transport de bio-carburants.
Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

Spécialiste du transport de produits pétroliers et chimiques, Sotrapid veut remplir ses citernes de bio-carburants. L'entreprise familiale dirigée par Hubert Dupont connaît depuis plusieurs années une phase de croissance sur ses différentes activités et affiche en conséquence un chiffre d'affaires 2011 de 17M€ contre 15,3M€ en 2010. Car outre le transport en citerne, la société a également étendu son activité dans les années 90 au stockage de fioul domestique pour la grande distribution et au transport de béton prêt à l'emploi. Et si le transport de liquides représente 70% de ses revenus, Sotrapid réalise également un quart de son activité sur le transport de béton en vrac. «Entre2010 et2011, nous avons progressé de 25% sur le béton et de 3,5% sur le carburant. Sur la niche des bio-carburants, cette progression était de 17%», détaille Jean-Luc Catanzaro, directeur général de l'entreprise d'Arnage.




Ralentissement sur le marché des carburants

Force est de constater que sur son marché historique du carburant, les volumes stagnent. «En effet, le gâteau ne grossit pas, mais on en prend des parts grâce aux services et à notre réactivité». Sotrapid quadrille en effet le quart nord-ouest de la France avec ses dépôts intermédiaires, lui permettant ainsi la souplesse nécessaire vis-à-vis de ses clients de la grande distribution. «Néanmoins, la douceur du climat fait que l'activité fioul domestique ralentit. Jusque-là, nous avons stabilisé l'activité carburants tout en restant actifs commercialement, mais nos velléités se situent sur le béton et les bio-carburants».




Segment des bio-carburants

Une piste sérieuse et un gâteau apetissant pour Sotrapid. La production de bio-carburants s'est en effet développée en France ces dernières années avec de gros investissements dans le montage de site de production. Sur cette niche, le transporteur sarthois se positionne sur le convoyage d'une partie de la matière première, éthanol et méthanol, à destination de clients industriels. «C'est un marché actif, qui n'est pas sous perfusion et qui devrait logiquement croître. On y va doucement. Ce sont les mêmes hommes et les mêmes machines sur les deux branches carburants», indique Jean-Luc Catanzaro.




«Développement raisonné»

Si l'intégration de petites structures dans le domaine du béton et du transport a permis à Sotrapid de prendre de l'ampleur, 2012 ne se placera pas sous le signe de la croissance externe. «Il n'y a pas d'opération en vue, y compris sur l'activité béton, compte tenu du manque de visibilité des acteurs du BTP. Nous privilégions dans l'entreprise un développement raisonné», poursuit le d-g. Les parts de marché acquises par Sotrapid ces dernières années ont fait grimper les effectifs, une quarantaine de personnes ayant été notamment recrutées en 2011. «Nous avons rencontré des difficultés à pourvoir ces postes. Nous avons donc été amenés à recruter en dehors du métier, ce qui n'était pas dans la culture de l'entreprise». En tant que transporteur de matières dangereuses, Sotrapid doit en effet engager des conducteurs possédant des certificats spécifiques. Prenant le contre-pied de cette contrainte, l'entreprise a mis l'accent sur le recrutement des jeunes. «Neuf en un an et demi. Nous avons embauché également deux conductrices et deux bénéficiaires du RSA. Cette diversité amène une certaine fraîcheur dans l'entreprise», détaille Jean-Luc Catanzaro. Cette politique étant soutenue par le Conseil général de la Sarthe, Sotrapid bénéficie du soutien de l'institution sur la recherche de candidats et sur le financement de la formation. Fort de cette stratégie managériale, l'entreprise se tourne également vers l'environnement en mettant en place une démarche d'éco-conduite et attend sa certification de management environnementale. Car en mettant du bio dans ses citernes, Sotrapid entend indirectement affirmer son positionnement en temps qu'entreprise responsable.

Sotrapid



(Arnage) P-dg: Hubert Dupont D-g: Jean-Luc Catanzaro 225 salariés CA 2011: 17M€ 02 43 39 50 00 www.sotrapid.fr

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture